Maisons des Chéroy


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'Automne d'un homme

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Fauville

avatar

Nombre de messages : 947
Localisation : Patay
Localisation : Paradis
Humeur : Excécrable
Date d'inscription : 18/02/2006

MessageSujet: L'Automne d'un homme   Ven 24 Oct - 17:38

Il y avait maintenant de longs mois que le vieux Duc était affaiblit et qu'il ne sortait plus guère. Même pour l'allégeance au Comte d'Armagnac il n'avait pu sortir et à défaut de pouvoir faire venir le Comte lui même auprès de lui, c'était donc son Chambellan, Firielle, qui s'était fait la voix du Duc auprès de son Suzerain.

Une fois encore, c'est à son service qu'il ferait appel pour convier ses proches alors qu'il sentait en lui la vie disparaitre petit à petit.


Firielle,
dit le Duc d'une voix rauque et usée, j'ai une dernière requête à te demander. Je suis chaque matin de plus en plus faible, je crains ne avoir l'occasion de voir un nouveau printemps. Aussi avant de m'en aller rejoindre les illustres, je souhaiterais voir ma famille et mes proches. Pourrais tu pour moi, les prévenir que mon dernier souffle approche et que je souhaiterais m'entretenir avec eux ?

Presqu'à bout de souffle, le Duc termina sa phrase attendant la réponse de la Chambellan famillialle, non pas qu'il doutait de sa loyauté mais plus de son acceptation d'entendre le vieil homme qu'il était parler ainsi de sa fin.

_________________
Fauville de Chéroy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orleans.actifforum.com
Firielle

avatar

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 04/05/2008

MessageSujet: Re: L'Automne d'un homme   Ven 24 Oct - 21:16

Il faisait sombre, la lumière de cette journée pourtant peu entamée, venait à disparaître laissant place à cette obscurité de plus en plus envahissante.

Firielle écouta fidèlement les propos du vieux Duc, elle acquiesça de ces simples mots:
"Bien Monseigneur!"

Prenant la porte pour exécuter sa mission, elle fit néanmoins attention à ne pas faire un courant d'air pour aggraver la santé de Fauville.

Elle commença par se rendre chez la famille du Duc annonçant les paroles du chef de famille mourant, elle parla donc à Alexandre, Baptistin, Clémence, Damain, bref tout ceux qui figurés sur sa liste.

Elle continua par les vassaux du grand noble qu'était Fauville, ladymarianna, lexhor, mikeandeol, Bourguignon, gedeon, elle les pressa de se dépêcher de voir leur suzerain.

Deux jours, oui deux jours, ils lui avaient fallu pour remplir sa tâche de Chambellan avant de revenir aux côtés de son maître.


Monseigneur, ils ne devraient plus tarder, vos ordres ont été accompli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre

avatar

Nombre de messages : 2455
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: L'Automne d'un homme   Sam 25 Oct - 1:52

Alexandre, le fils aîné de l'union entre Fauville de Chéroy et Krystell de Sanzay, arriva le premier au chevet de son Père.

Lors de sa dernière visite auprès de celui-ci, il avait pu se rendre compte de l'état de faiblesse dans lequel il se trouvait. Aussi, lorsque Dame Firielle lui annonça que son Père l'attendait à son chevet, il s'arrêta net. Nul n'était besoin de poser plus de questions, il avait immédiatement compris la gravité de la situation. Le temps de charger quelques fonctionnaires de remplir les tâches courantes en son absence pour ne pas laisser sa mairie de Saint-Lizier à l'abandon et il se précipita dans le comté de retraite familial.

Introduit auprès de Fauville son Père, il s'inclina respectueusement avant de s'approcher de lui pour lui chuchoter quelques mots.


Père, je suis à vos côtés. Soyez courageux durant cette dernière épreuve qu'il vous reste à franchir.
J'ai retrouvé notre famille il y a peu, mais sachez que je servirai notre Maison du mieux que je le pourrai, en préservant voire augmentant son prestige et sa reconnaissance. Si vous le désirez, je m'engage à veiller sur votre petit Damian et à lui assurer une éducation adaptée à la destinée que vous lui réservez.

_________________
Alexandre de Chéroy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.duchedorleans.org/chateau
Lexhor

avatar

Nombre de messages : 594
Age : 33
Localisation : Gien la Rebelle
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Re: L'Automne d'un homme   Sam 25 Oct - 12:17

Lexhor avait été averti du grand état de faiblesse de son suzerain Fauville. Le temps de prendre ses dispositions pour que ses différentes charges soient réalisées en son absence, et il se mit en route pour veiller au chevet de son ami.

Au galop sur sa monture, il ne pensait qu'à une chose, ne pas arriver trop tard...


*Il faut qu'il tienne le bougre, je dois lui dire certaines choses avant qu'il parte, même si je n'ai pas réussit à lui faire le cadeau que je voulais...*

Il ne cessait de se répéter ses mots...Il ne se pardonnerait pas de ne pas être là pour ses derniers instants. Seul Fauville avait eut assez confiance en lui pour en faire son vassal et il ne voulait pas faillir, pas maintenant.

C'est le coeur serré qu'il descendit de son cheval, à l'entrée du Château de Fauville, en Armagnac-Comminges...
Le pas hésitant, la peur au ventre comme il ne l'avait plus eut depuis bien longtemps, il se laissa guider au chevet de son suzerain.

La porte de la chambre était à demie ouverte. Un homme était déjà présent aux côté du Duc, ainsi que Firielle, qui l'avait prévenu de la gravité de la situation.
Il comprit, après avoir demander au valet qui l'avait guidé, que cet homme était Alexandre, le fils ainé de Fauville.

Lexhor ne voulu pas interrompre ce moment de complicité entre un père et son fils. La transmission d'un patrimoine, d'un héritage, d'une génération à une autre. Le futur chef de famille devait prendre les derniers précieux conseils de son ainé. Le fils profitait encore un peu de son père, avant de le pleurer.

Il resta donc sur la pas de la porte, il était là maintenant et c'était le plus important...Le Duc saurait faire savoir si il avait envie de s'entretenir avec lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fauville

avatar

Nombre de messages : 947
Localisation : Patay
Localisation : Paradis
Humeur : Excécrable
Date d'inscription : 18/02/2006

MessageSujet: Re: L'Automne d'un homme   Sam 25 Oct - 14:23

Après deux jours qui lui parurent une éternité, Firielle était enfin revenue avec des nouvelles. Fauville aurait souhaité voire une dernière fois bien plus de personnes mais les forces le quittaient peu à peu.

Le premier à venir au chevet du grabataire, fut son fils prodigue, le Brave Alexandre. Confronté à un tel enfant comment ne pas être fier. Celui ci devait plus que probablement être le fils que tout homme pouvait souhaiter, honnête, droit et engagé.

Voyant son fils dans l'ouverture de la porte:

Entre Alexandre, entre. Je suis bien content de te voir, je suis ravis que tu aie pu te libérer aussi promptement. J'espère que tes administrés ne t'en voudront pas.
Suite à quoi, le duc écouta non sans peine les mots de son fils.
Je ne doute pas le moins du monde que tu sera à la hauteur pour me succéder à la tête de la maison Chéroy, tu as toute ma confiance pour cela et pour le reste. Tu as le coeur noble et tu saura être le guide dont la maison a besoin.
Je sais que l'Armagnac est pour toi synonyme d'avenir et que de nombreuses portes te sont ouvertes mais je te demande avec force, pour ce qu'il m'en reste, de ne pas négliger l'Orléans qui est le berceau de notre famille. Cette terre m'est très chère et c'est là bas que je souhaite que tu fasse tes armes. Je confierai à ta soeur la mission de veiller sur l'Armagnec en notre nom mais ton avenir sera aux portes de Paris.


Alors qu'il prononçait ces mots, Fauville vit Lexhor qui pointait à la porte.
Seigneur Lexhor, entrez donc, que je vous présente mon fils. Je lui parlait justement de l'Orléans, on peut donc dire que vous tombez à point nommé. Je lui demandait de rejoindre l'Orléans aussi rapidement que possible une fois mon trépas arrivé. Vous ne ferez donc pas la route seul pour remonter.

_________________
Fauville de Chéroy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orleans.actifforum.com
Lexhor

avatar

Nombre de messages : 594
Age : 33
Localisation : Gien la Rebelle
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Re: L'Automne d'un homme   Sam 25 Oct - 14:47

Lexhor s'approcha donc à la demande de son Suzerain. Il s'inclina devant Alexandre et lui adressa quelques mots.

Je suis enchanté de vous connaitre. Jaurais cependant préféré que notre rencontre se fasse en d'autre circonstances...

Puis il mit un genou à terre afin de se trouver à hauteur du Duc allongé. il prit une de ses mains dans les siennes. Le vieil homme avait les mains fraiches. La vie semblait peu à peu le quitter...

Votre grâce...Soyez certain que je continuerais à servir votre maison et à honnorer votre mémoire. Je servirais Alexandre avec fidélité et dévouement.
Je dois cependant vous avouer que j'ai échouer dans la tâche que je m'étais donné. Je n'ai pas réussit à écarter la mauvaise graine du conseil orléanais. Je n'ai pu qu'obtenir qu'il rentre dans les rangs. Mais je ne baisserais pas les bras.
Je compte également présenter une liste aux prochaines élections ducales. Je ferais de mon mieux et porterais haut mon appartenance à votre famille. Vous êtes le seul a avoir cru en moi, je vous en serais éternellement reconnaisant.

Que le Très-haut vous ai en sa sainte garde. Soyez en paix mon ami...


Lexhor s'arrêta alors de parler. il était ému et les larmes lui montaient aux yeux...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fauville

avatar

Nombre de messages : 947
Localisation : Patay
Localisation : Paradis
Humeur : Excécrable
Date d'inscription : 18/02/2006

MessageSujet: Re: L'Automne d'un homme   Sam 25 Oct - 14:55

Ne vous avouez pas vaincu, n'agissez pas comme moi aujourd'hui face à la mort. Avec mon fils Alexandre, vous êtes l'avenir de l'Orléans. Un age sombre s'annonce pour la France et elle aura grand besoin d'hommes comme vous pour qu'il en reste quelque chose. Je suis fier de votre investissement.
Je vous ai choisi car je croyais en vous, je crois toujours en vous et je vous confie mon fils. Aidez le à rejoindre l'Orléans et formez le.

Otto n'est qu'un arriviste, je n'ai cessé de le clamer dès son arrivée sur nos terres. Je me suis d'abord heurté à un mur, mais aujourd'hui, notamment grace à ton investissement, certains commencent à ouvrir les yeux. Bientot, ils verrons qui il est vraiment.



Bien que n'étant pas enrhumé, le duc eu une quinte de toux et ne pu terminer sa phrase. Une fois cette dernière terminée, il posa son regard sur les deux hommes synonyme de l'avenir de l'Orléans.

_________________
Fauville de Chéroy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orleans.actifforum.com
LadyMarianna

avatar

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 17/10/2006

MessageSujet: Re: L'Automne d'un homme   Sam 25 Oct - 15:35

Lady ne perdit pas de temps. Elle prit les dispositions nécessaire afin que l'Orléanais ne manque de rien en son absence et donna ordre de la quérir chez les Chéroy en cas de besoin. Elle prit que le minimum de baggage avec elle et partit voir Fauville. Il n'était plus son Suzerain mais elle n'avait pas besoin d'être sa Vassal pour lui assurer sa fidélité.

Durant le voyage Lady les souvenirs avec Fauville se succédaient dans sa tête. Elle avait commencé à travailler avec lui du temps ou il était Bailli puis CAC. Elle regarda à l'extérieur et déjà le Château des Chéroy se dessinait à l'horizon.

Lady se refit une beauté du mieux qu'elle pouvait. Enfin le carosse s'arrêta et un valet l'aida à en descendre.

On la conduisit vers la chambre de Fauville. Lexhor était à son chevet en compagnie d'un autre homme. Elle attendit sur le pas de la porte afin de respecter leur intimité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre

avatar

Nombre de messages : 2455
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: L'Automne d'un homme   Sam 25 Oct - 16:30

Alexandre avait écouté les paroles de son Père, celles-ci le touchait au plus profond de lui-même. L'émotion l'envahissait de plus en plus mais il se contenait, il restait fort comme l'était son Père à ce moment. Il ne put que acquiescer de la tête, les mots sortaient péniblement.
L'Armagnac et Comminges était devenue sa terre d'adoption, il s'y était fait un nom et son avenir semblait y être tracé. Mais son Père avait raison, la Maison des Chéroy se devait de rester présente en Orléans.


Père, balbutia-t-il, je ferais selon vos volontés. Je prendrai la direction de l'Orléans une fois mes dernières affaires réglées ici. D'ici quelques jours, dès la fin de mon mandat de maire, je me mettrai en route pour retrouver la terre de nos ancêtres. Notre famille a acquis ses lettres de noblesse en Orléans et peut-être même plus, a fortement contribué à donner ses lettres de noblesse à ce dûché. J'y retournerai donc pour y représenter la Maison des Chéroy et y perpétuer notre héritage familial.

Alexandre se retourna vers le nouveau venu, répondant au nom de Lexhor.

Messire, mon Père m'a déjà beaucoup parlé de vous. Vous semblez être un homme d'avenir et jamais mon Père n'a exprimé de regrets quant à la confiance placée en vous. La tâche qui m'attend est énorme car avec l'éloignement, je ne connais pas grand chose de la vie en Orléans. Je vous remercierai de m'épauler à mon arrivée, le temps de m'adapter.

Sur ces mots, Alexandre vit une Dame s'approcher du pas de la Porte. Le fils aîné de Fauville se releva et alla saluer respectueusement la Dame.


Bonjour, je me nomme Alexandre de Chéroy, fils aîné de sa Grasce Fauville. Je vous remercie d'être présente ici. Vous pouvez vous approcher de lui, son état est très faible mais ses pensées sont encore vivaces.

_________________
Alexandre de Chéroy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.duchedorleans.org/chateau
LadyMarianna

avatar

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 17/10/2006

MessageSujet: Re: L'Automne d'un homme   Sam 25 Oct - 17:15

Le beau jeune homme se dirigea vers elle. Elle l'accueillit en souriant. Il se présenta et Lady se souvint du jumeau de Baptistin. Elle se demandait si il était tout aussi imbut de sa personne mais là n'était pas le moment de se questionner à ce sujet.

Bonjour, je suis LadyMarianna d'Enkidiev. Votre père a été mon Suzerain avant de céder ses terres à Baptistin, votre jumeau. Mais je n'ai jamais cessé de lui être fidèle.

Alexandre l'invita à l'intérieur tout en lui disant l'état de Fauville.


Elle s'agenouilla à son chevet, à côté de Lexhor. Elle mit un main sur le bras de Fauville et l'autre sur son front.

Bonjour mon Cher Fauville. Des larmes coulaient sur ses joues. Tu m'as fait demander? J'en suis honorée . Lady cessa de parler, elle avait la gorge nouée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fauville

avatar

Nombre de messages : 947
Localisation : Patay
Localisation : Paradis
Humeur : Excécrable
Date d'inscription : 18/02/2006

MessageSujet: Re: L'Automne d'un homme   Sam 25 Oct - 20:01

Les paroles d'Alexandre ne surprirent pas le moins du monde Fauville, jamais il n'avait imaginé que son fils ne réponde favorablement à sa demande. Alors qu'il lui jurait de faire selon sa volonté, le Père lui prit la main et eut ces mots : Prends soin de l'Orléans, de l'Armagnac-Comminges, de notre famille mais également de toi, ne verse évidemment pas dans les exces que nous connaissons mais pense à ton bonheur.
Trouve toi une épouse respectable et aimante.


Voyant que l'attention de son fils venait d'être attirée par les nouveaux arrivants, Fauville lui glissa de ne pas s'inquiéter pour lui qu'il patienterait bien quelques instants avant de s'éclipser.

Le temps que les protagonistes se saluent et nouent de manière fort polie connaissance, le Duc avait fermé les yeux pour se reposer. C'est en sentant une main se poser sur son front qu'il réouvrit les yeux et aperçut la Duchesse d'Orléans.


Arrête un peu de dire que je t'ai convoqué et de faire croire que je suis un tyran qui exige que l'on vienne s'occuper de lui. Le Duc sourit. Mais j'avoue que je suis très heureux de te voir, je n'ai pas pu me déplacer pour ton sacre ni pour te porter allégeance aussi, je profite de cet instant pour te féliciter et surtout t'encourager. L'Orléans est une terre qui a du potentiel, le tout est de ne pas la mettre entre les mains de n'importe qui et de ne pas laisser tout faire ou de ne pas tout accepter en disant oui amen aux pontes de Paris. Même partie intégrante du Domaine Royale, l'Orléans n'en est pas moins un Duché et a été confié à une Duchesse. N'aie pas peur de leur tenir tête lorsque tu trouvera les idées saugrenues et à tenir bon. Le Pair avait de plus en plus de mal à parler, sa george sèche bloquait de plus en plus de mot et les arrêts étaient de plus en plus nombreux.
Il y a encore tellement de choses que j'aurais eu envie de vous dire, de conseils à vous prodiguer mais aussi à vous dire combien vous avez comptez et vous comptez pour moi.
Je pense que là est mon plus grand regret, je n'ai pas assez pris le temps de dire aux gens comme vous combien vous comptez pour moi. J'étais sans cesse le nez dans mes livres pour je le croyais aider et gouverner au mieux. Mais j'en ai oublier de vous accorder le temps que vous méritiez ...
Je vous drais vous dire tant de chose et remercier ou saluer tant de personnes ... mais je suis malheureusement trop faible pour cela. Je ne doute pas qu'en mon nom vous ne manquerez pas de remercier toutes les personnes qui se sont investies et qui s'investissent encore dans le sens de la justice et de la bonne gouvernance. Soyez humbles et remerciez, pensez à vos proches comme je pense à vous en ce moment.

Ne vous arrêtez pas à moi.


Ce faisant, il ferma les yeux.

_________________
Fauville de Chéroy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orleans.actifforum.com
Lexhor

avatar

Nombre de messages : 594
Age : 33
Localisation : Gien la Rebelle
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Re: L'Automne d'un homme   Dim 26 Oct - 1:35

Lexhor écouta les paroles du Duc avec beaucoup d'émotion. Il acquiesça de la tête et se promis de tenir ses engagements. Il continuerais le combat...

Il se tourna vers Alexandre et posa une main sur son épaule.


Messire...Alexandre, mon ami, puisque c'est maintenant ce que nous sommes. Je promet de t'aider, de t'épauler et de te soutenir du mieux que je peux. Je te ferais part de ce que je connais d'Orléans. Je te présenterais les gens qui pour moi sont compétents et honnêtes, amis aussi les autres...Mais tu te feras ensuite ta propre opinion. Mais il y a du ménage à faire...
Saches que tu pourras toujours compter sur moi.


Il s'inclina alors devant sa Duchesse qui venait d'entrer et lui fit un sourire complice.

Se tournant vers Fauville.


Vous pouvez partir en paix. Votre oeuvre perdurera au fil du temps, n'ayez crainte. Personne ne vous oubliera...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LadyMarianna

avatar

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 17/10/2006

MessageSujet: Re: L'Automne d'un homme   Dim 26 Oct - 4:48


Elle souriait à Fauville. Elle laissait ses larmes couler tout en étant heureuse de pouvoir une dernière fois l'entendre. Il s'inquiétait pour Orléans. Il s'en était toujours inquiété, jamais il n'avait laissé tomber le Duché qu'il avait fondé en compagnie d'Amro.


Ne t'en fait pas Fauville, je n'ai pas ta verve ni ta grandeur mais je saurai tenir tête. Nous ne t'oublierons jamais. Tu fais parti de ces grands hommes qu'on oublie pas. Part en paix...Ne t'inquiète plus.

Lady appuya son front sur le lit du mourrant et fit une prière à Aristote.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre

avatar

Nombre de messages : 2455
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: L'Automne d'un homme   Dim 26 Oct - 20:29

Ne vous arrêtez pas à moi

... Ces paroles résonnèrent plusieurs fois dans la tête d'Alexandre. Ce Père qu'il venait de retrouver il y a peu s'en allait déjà. Cet Homme qui était respecté de tous n'avait jamais cessé de penser au bien des autres, et en priorité de son Orléans, avant de penser à lui-même.

Alexandre plongea sa tête dans les draps du lit, serrant la main de son Père qui semblait se raidir de plus en plus. Le fils aîné ne put retenir quelques larmes qu'il cacha dans les draps. Il ne put retenir un chuchotement...


On n'oublie jamais les grands Hommes et vous faites partie de ceux-là Père. Mais on ne peut les remplacer, tout juste essayer de leur succéder pour faire perdurer leur oeuvre.

Alexandre sentit la présence de Lexhor et LadyMarianna.

Vous avez su vous entourer de personnes qui tenteront de préserver votre oeuvre. Je vous promets de veiller sur notre Maison et de m'investir pour le bien de l'Orléans. Vous pouvez être fier de tout ce que vous avez accompli. Que le Très-Haut veille sur vous.

Alexandre sentit une main sur son épaule. Lexhor apporta quelques mots de soutien au fils aîné et bien plus que cela, son aide.

Merci à vous sieur Lexhor. Aujourd'hui je pleure un Père. Mais demain je me mettrais en route vers les terres où ma famille s'est investie par le passée et où elle s'investira dans le futur. Nous discuterons prochainement de cela, je vous remercie d'avance de votre aide.

_________________
Alexandre de Chéroy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.duchedorleans.org/chateau
Lexhor

avatar

Nombre de messages : 594
Age : 33
Localisation : Gien la Rebelle
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Re: L'Automne d'un homme   Dim 26 Oct - 21:56

Lexhor dodelina de la tête en écoutant Alexandre, son nouveau suzerain. Il se promit d'être son plus fidèle lieutenant, son bras droit, enfin, si Alexandre le souhaitais.

Mais le jeune homme allait porter le deuil un certain temps...

Le jeune seigneur resta près de ses suzerains, silencieux...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikeandeol

avatar

Nombre de messages : 101
Date d'inscription : 26/09/2008

MessageSujet: Re: L'Automne d'un homme   Lun 27 Oct - 11:00

Mikeandeol avait reçu une missive lui demandant d'accourir auprès de son suzerain, Sa Grasce Fauville de Cherroy. Il savait l'homme vieux et malade. Les pires rumeurs courraient sur son état de santé déplorable...

Ainsi, il dépêcha une petite escorte qui l'accompagna jusqu'à la Tour de Sully, où son suzerain avait fait mandé ses vassaux. Mikeandeol pénétra dans les lieux. Une atmosphère lourde l'enlaça... l'odeur n'était pas celle qui emplissait habituellement ses narines... les visages des femmes et des hommes étaient presque blafards... les sourires fatalistes, sans joie...

Arrivé au chevet de son suzerain, Mikeandeol salua rapidement l'assemblée. Il reconnut immédiatement son ami Lexhor, la Duchesse LadyMarianna et un jeune homme qu'il n'avait encore jamais rencontré.


Vostre Grasce... Mes prières accompagnent votre périple chaque jour... On dit que votre santé décline de jour en jour, et je peine à penser le monde sans vous... Dîtes moi, votre Grasce, dîtes moi qu'il n'en est rien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptistin



Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: L'Automne d'un homme   Lun 27 Oct - 12:47

Baptistin, lui, ne vint jamais. Une absence qu'on qualifiera, dans l'avenir, d'honteuse et de révélatrice du sublime dédain d'un fils envers un père qui n'avait jamais été réellement présent. En vérité, l'entourage du duc, qui ne se résumé qu'à sa grand mère, avant tout soucieux de ne pas le perturber psychologiquement, avait tout fait pour minimiser les nouvelles de Fézensac. Il savait son père malade ~ cela faisait plusieurs mois qu'il l'était~ mais il apprit qu'il était réellement mort avant d'avoir seulement envisagé de le rejoindre sur son lit de deuil. Dès lors, la bonne âme de la grand mère se chargeait, derrière une porte fermée, de réconforté celle du duc. Mais icelui, cloitré dans son cabinet, n'y écouta rien, priant l'âme de son illustre géniteur.


Dernière édition par Baptistin le Mer 29 Oct - 11:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fur

avatar

Nombre de messages : 1203
Humeur : en deuil, mais heureux
Date d'inscription : 18/02/2006

MessageSujet: Re: L'Automne d'un homme   Mer 29 Oct - 9:30

Depuis un moment, Fur s'inquiétais pour son frère... Soit le temps marquant son passage sur lui depuis un bon moment, mais il lui semblait que depuis quelques temps cela s'accentua de manière vraiment inquiétante...

Son frère de toujours, celui qui était empli d'énervie, toujours battant, semblait depuis quelques temps s'effondrer...

...

Fur ne cessa de penser à cette effondrement inimaginable... Il lui semblait impensable de voir Fauville, autre chose que ce qu'il avait toujours été... Il l'avait toujours aidé, soutenu vers le haut...

Soit il n'avait pas toujours été d'accord, mais cela remontait à leur jeunesse... et leur accros avaient toujours été gentils...

il tardait Fur de rejoindre au plus vite Fézensac...

ALLER COCHER, FAITES TREMBLER LE SOL SOUS LES FERS... QUE CES CHEVAUX DONNENT TOUTE LEUR FORCE

Ils roulaient déja depuis un moment, mais le temps semblait être plus rapide qu'eux...
Fur avait appris par son entourage que la santé de son frère étaient devenues des plus inquiétantes, et qu'il avait demandé sa famille à son chevet...



....





C'est donc après une longue et continue route, après avoir fait galopper les chevaux plusieurs jours et plusieurs nuits, les privants de sommeil que Fur arriva enfin à la Tour de Sully !!!

Il ne prit pas le temps de s'adresser aux petits gens de services, il traversa les portes, se précipita dans les escaliers, les couloirs et arriva devant la porte du Duc...
Il s'arreta et entra tout en douceur...

Il ne vit d'abord pas son frère, une couronne de proche et de vassaux l'entourait, marquant leur respect envers leur illustre Duc.

Evidemment, Fur les connaissait tous, il les salua un à un par un regard doux empli de compation et de remerciement d'être là...
Il était heureux pour son frère, que tous ai fait le déplacement...

Puis il s'approcha de Fauville, et lui prit la main, il était ému... la gorge serée


Fauville, mon frère...
Que cela m'étonne... Il a fallut attendre ce moment pour que enfin nous aillons le temps de nous retrouver.... Le dynamisme, la force et la noblesse que tu as donné à notre famille ne nous à que trop peu permis de nous retrouver...

Fauville, mon frère...
Le malheur m'empli... Comment toi, qui nous a tous aider, soutenu, tiré, poussé, toi es tu là maintenant étendue sur ce lit... Mes yeux ne peuvent y croire...
Mais le bonheur me rejoins, lorsque je pense à ta Force, ton énergie, ta battance... Qui ont construit tant de chose... dans tellement de duché... Et qui surtout grâce à tes mains agiles, ont fait la grandeur de cette maison. Le bonheur est force, car je sais que cette esprit restera dans l'esprit de chacun !
Fur se retourna vers ses neveux, et ses amis vassaux de Fauville
Fauville, mon frère...
Il faut que je te dises, que malgré parfois nos avis divergeant, tu as toujours été précieux à mon coeur... Tu as été le meilleur des frères, compréhensif à mes points de vue, mes caprices de coeur et d'homme.. Tu m'as toujours soutenu, aidé quand j'en avais besoin...

Qu'Aristote et le Très Haut t'accueillent dans leur Amour, au près des Illustres. Par ta vie, tu as sans cesse servit les hommes, leurs Foi et leur Amitié...


Fur se tût espérance une réponse, un geste, un simple râle de son frère....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firielle

avatar

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 04/05/2008

MessageSujet: Re: L'Automne d'un homme   Mer 29 Oct - 22:46

Firielle, courbée en signe de respect devant le lit de Fauville où venait de s'éteindre son maître, elle tentait de cacher discrètement les larmes coulant de ses yeux.

Reprenant son sérieux malgré la tristesse.

Ladymarianna, il est temps ...

Il est temps de prendre connaissance du testament de notre regretté Duc.


*Lui tend le parchemin*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian.de.Cheroy

avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 27/09/2008

MessageSujet: Re: L'Automne d'un homme   Mer 29 Oct - 23:51

La porte s’ouvrit violement.
Le visage blême, la respiration haletante. Il avait franchit des lieues pour parvenir jusqu’ici.
En vain…

Un souffle à peine audible. Une complainte résumée en deux mots.
« Trop tard… »
Certains ne le connaissaient pas encore, mais ce fut le dernier des Cheroy qui prononça ces deux mots fatidiques, tombant comme sentence.

Trop tard pour converser une ultime fois avec ce père qu’il n’avait que trop peu vu.
Trop tard que pour connaître ce géniteur que tout le monde semblait encenser.
Trop tard pour recevoir quelques affections de ce « bonus vir ».

Aujourd’hui, c’est plus qu’une vie dont les Parques auraient décidée de couper le fil, c’est une époque qui s’achève.

Le jeune Cheroy en savait si peu sur lui, de son histoire. Ses aventures.
Son arrivée au PARS, le plus grand parti n’ayant jamais eut son pareil dans l’histoire du Royaume de France. Voix de la raison du Grand Maître de France au coin du feu la veille de l’assaut avorté contre Angers durant la première guerre de Bretagne, alors même qu’il ne fut pas encore duc.
Puis plus tard duc - et quel duc ! - Tour à tour conseiller de Roy et de Grands Maîtres, Surintendant du Royaume de France pour enfin achever son œuvre de bâtisseur en Armagnac.

Bien encore serait à dire.
La gorge sèche, Damian qui ignorait tout de cela pestait intérieurement de son retard l’empêchant d’étreindre une dernière fois son père. Lui dire quelques mots. Afin de mieux marquer en sa mémoire le souvenir de cet homme.
Mais le destin en a voulu autrement.

Aucun mots ne pouvait sortir de sa bouche.
Rien qui n'eut pu traduire son amertume.
Alors, il ne dit rien. Se contenta de prendre la main de Fauville dans la seine et de contempler le visage serein de son père.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bourguignon

avatar

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Blois
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: Re: L'Automne d'un homme   Jeu 30 Oct - 0:06

Enfermé dans un cloitre Orléanais, Bourguignon faisait retraite pour se resourcer et s'isoler du monde extérieur quelques temps mais il ne pût rester écarté longtemps de la société car dans son isolement on alla lui apprendre que la santé de son Suzerain s'était dégradée.
L'homme qui l'avait toujours soutenu et épaulé, l'homme qui lui fit confiance était en train de s'éteindre dans son domaine en Armagnac.
Rester en Orléans dans un tel moment paraissait impossible pour le vassal de Fauville, ainsi il quitta le monastère et partit au plus vite pour les terres de Fézensac dans le Sud du Royaume avec une seule idée en tête arrivée à temps...

Pendant plusieurs jours et plusieurs nuits il galopa à travers les provinces du Royaume de France et tout le long du chemin il n'arretait pas de repenser au message qu'on lui fit parvenir dans le cloitre, comment la santé du Duc avait elle pu se dégrader aussi vite alors que quelques mois auparavant il était toujours en Orléanais à diriger ce Duché et à prodiguer ses précieux conseils à bon nombre de personnes.

Le voyage arriva bientot à son terme, enfin les tours du chateau de Fésenzac se dessinait à l'horizon, le Baron fit acceléré la cadence de sa monture et quand il arriva dans la cour du chateau il se hâta mais en entrant dans la pièce il vit qu'il était trop tard.
Malgré tous ses efforts Bourguignon ne put arriver à temps pour parler une dernière fois avec son Seigneur.

Des larmes commencaient à se former dans ses yeux en appercevant le corps de ce grand Duc immobile dans ce lit, à cet instant le Baron était effondré, devant le visage impassible de son Seigneur il perdit tous ses moyens et ne pût que s'agenouiller aux cotés des personnes déjà présentes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
isadam

avatar

Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: L'Automne d'un homme   Dim 2 Nov - 4:10

Isadam avait toujours garder contact avec le Duc Fauville.
Durant ses différents mandats, à quelques reprises elle avait fait appel aux conseils de cet homme en qui elle avait confiance.

Dans sa dernière missive, il lui avait manifesté le désir de la rencontrer au Château. Ce n’était pas coutume chez le Duc de la convoquer ainsi chez-lui.
Les rumeurs laissant prétendre que sa santé était précaire, il n’en fallait pas moins pour inquiéter la Duchesse.

À son arrivée au Château on la conduisit dans les appartements privés du Duc où déjà parents et amis étaient à son chevet.
Voyant la tristesse sur leur visage elle comprit que ce qu'elle avait anticipé était bien arrivé... le Grand Duc Fauville avait quitté ce bas monde!

Tout doucement elle s’approcha et regarda cet homme qui avait marqué à jamais l’histoire du Duché d’Orléans.
Sa gorge se noua et les larmes emplirent ses yeux. Elle était sans mot !

Elle s'agenouilla et ferma les yeux. Pensant y trouver un certain réconfort, elle laissa défiler sans sa tête les souvenirs de ce Noble personnage.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smartflu
Invité



MessageSujet: Re: L'Automne d'un homme   Dim 2 Nov - 10:36

Smartfluid avait été prévenue de l'état de santé dégradant du vieux duc et c'est tout naturellement qu'elle avait pris la route afin de rendre un dernier hommage à celui qui l'avait choisie, parmi d'autres, pour lancer la création de ce nouveau Duché qu'était l'Armagnac, à l'époque.

A son arrivée à la demeure familiale, les emblèmes étaient en berne. Ainsi, arrivait-elle trop tard ? Elle annonça sa présence et attendit qu’on la fasse entrer dans un petit salon. La maison était silencieuse, les persiennes avaient été tirées et seuls quelques rayons de lumière passaient à travers celles-ci, éclairant faiblement les pièces du rez de chaussée.
Revenir en haut Aller en bas
LadyMarianna

avatar

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 17/10/2006

MessageSujet: Re: L'Automne d'un homme   Dim 9 Nov - 4:30

Lady regarda les gens rassemblées. Elle hésitait, elle voulait que Fauville respire à nouveau. Elle avait du mal à accepter sa mort.

Regardant le document que lui présentait la Dame, elle finit par le prendre et le parcouru rapidement avant de prendre la parole.


Nous sommes réunit ici parce que nous aimions tous Fauville. Il a écrit ses dernières volonté sur ce document.
Lady montra le parchemin et poursuivit. Je vous en fais la lecture et que ses volontés soient.

Citation :
Moi, Fauville de Chéroy, Ecuyer de Saint Ouen, Seigneur de Chéroy, Chevalier de l'ordre de Mathusalem, Baron de Montfort le Gesnois, Comte de Fézensac, Duc du Dunois et Pair de France, rédige en ce vingt-deux octobre mille quatre cent cinquante six, en mes terres de Fézensac, mon testament.

Déclarant être en pleine possession de ma conscience et de mes facultés d’entendement, je souhaite faire des Duc d'Orléans et Comte d'Armagnac et de Comminges mes exécuteurs testamentaire.

Au créateur, je rends mon âme en le remerciant du présent qu'il m'en avait fait;

Comme le veut la tradition familiale, la Seigneurie de Chéroy sera attribuée par primogéniture masculine à Alexandre.
Me succédant à la tête de la maison Chéroy, il recevra l'hommage de l'ensemble de la maison , ce faisant, il lui appartiendra de les guider.


Afin que chacun de mes descendants jouisse de revenus suffisants nous leur léguons nos biens terrestres selon la répartition suivante :

Compte tenus de la transmition par anticipation de la Baronnie de Sully Baptistin ne se voit octroyé aucune terre supplémentaire, mais uniquement 1.000 écus;

En tant qu'aînée et pour lui permettre de faire un bon mariage, notre fille Clémence devient la Comtesse de Fézensac et perçois 1.500 écus;

Damian notre dernier né ne se voit confiée aucune terre relevant de nous mais uniquement une somme de 750 écus pour couvrir les frais liés à son éducation dans un monastère.

Alexandre, le plus âgé de mes fils reçoit toutes mes autres possession terriennes, le Duché du Dunois, la Seigneurie de Chéroy ainsi que toute autre terre ou distinction auquel il pourrait prétendre en mon nom. Mais également le solde de mes biens matériels sachant qu'il y figure une dette de 5.000 écus envers le Duché d'Orléans.


Il est entendus que mon épouse, jouira en Douaire du Duché de Dunois et du Comté de Fézensac.

Si une branche de notre famille venait à s'éteindre, les biens de cette dernière seraient dévolu au Chef de famille ou son héritier légitime. En cas de défaillance de la branche même du Chef de famille, la primogéniture simple serait alors appliquée.


Notre fils Alexandre est compétent pour juger de toutes mesures non traitées par notre présent testament.


Afin que cela soit chose établie, le présent testament a été rédigé en quatre exemplaires transmis respectivement aux exécuteurs testamentaires, à ma Chambellan Firielle pour nos archives familiales et à Azdrine de Vissac, Héraut es-généalogie, pour que le moment venus, il puisse assister les Ducs d'Orléans et le Comte d'Armagnac et de Comminges dans les démarches de vérification administratives.



Fait en Fézensac,


Fauville de Chéroy, Ecuyer de Saint Ouen, Seigneur de Chéroy, Chevalier de l'ordre de Mathusalem, Baron de Montfort le Gesnois, Comte de Fézensac, Duc du Dunois et Pair de France.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre

avatar

Nombre de messages : 2455
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: L'Automne d'un homme   Mar 11 Nov - 18:14

Alexandre écouta LadyMarianna avec attention. Après les évènements tragiques qui venaient de se dérouler, tout semblait se précipiter. Et d'entendre la lecture de ce testament était très difficile pour l'ensemble des personnes présentes. La dure réalité et ses exigences, notamment administratives, soulignaient que leur Duc n'était plus...

La lecture était lente et posée, Alexandre avait par moments du mal à se concentrer mais il le fallait.

En tant que fils aîné de la famille, de nouvelles responsabilités allaient lui incomber. Son Père avait veillé sur son éducation, il lui avait transmis des valeurs ainsi qu'une partie de son expérience. Et, toujours, Alexandre avait senti que Fauville lui faisait confiance, même s'il le lui avait rarement témoigner. Ce testament était une grande marque de confiance envers lui.

En apprenant qu'il devenait le nouveau chef de famille l'aîné des Chéroy ne put réprimer un petit mouvement de crainte, comment succéder à un tel Homme? Et était-il prêt pour cela? Mais rapidement ses questions furent balayées dans sa tête, il sera prêt! Son Père lui a témoigné cette confiance, à lui de se montrer à la hauteur.
Pris d'une nouvelle détermination et regrettant seulement de n'avoir pu en apprendre plus sur le Domaine Familial avant le décès du Maître de la Maison Chéroy, Alexandre écouta attentivement la suite.

Une fois la lecture terminée, Alexandre prononça simplement les paroles suivantes:

Que ses volontés soient.

_________________
Alexandre de Chéroy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.duchedorleans.org/chateau
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Automne d'un homme   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Automne d'un homme
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maisons des Chéroy :: Anciennes possession familiales :: Comté de Fézensac :: La Tour de Sully-
Sauter vers: