Maisons des Chéroy


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 manège extérieur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
leanore

avatar

Nombre de messages : 317
Date d'inscription : 19/01/2012

MessageSujet: manège extérieur   Mer 8 Mai - 12:47


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslas

avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 27/04/2013

MessageSujet: Re: manège extérieur   Sam 1 Juin - 18:34

Aslas se leva ce matin-là, tôt et sortit regarder le lever du soleil. Allant aux écuries, il alla voir comment la jument de Léanore et son étalon s'entendait. En les contemplant, il ne décela  ni peur, ni morsure, ni animosité entre eux mais bon, il se méfiait. Il partit faire un tour dans les bois, attendant que tout le monde soit réveillé et ait mangé. A son retour, il vit le jeune palefrenier des écuries en train de faire les stalles. Il s'approcha de lui et dit :

Bonjour, quel est ton nom?

Mi-intrigué, mi-effrayé, le jeune garçon d'une quinzaine répondit :

Je m'appelle Robin, Monseigneur. Je... peux vous aider?

Un fin sourire ourla le coin des lèvres du brun. Ce garçon avec ses yeux volontaires et sa tignasse blonde lui plaisait. Il hocha légèrement la tête.

Ne m'appelle pas Monseigneur, je ne suis pas noble, Robin. Finis les box, et ensuite, viens dans la stalle de Fleur. Il commença à s'éloigner puis s'arrêta et regarda le garçon dans les yeux d'un air calme et profond.Au fait, je suis Aslas, l'instructeur équestre de Dame Léanore. A tout-à-l'heure petit.

Sans se retourner pour apprécier la réaction du garçon, il alla jusqu'à la sellerie et prit deux licols avant de revenir devant les stalles de Fleur et Otello. Il en posa un au sol et entra dans la stalle de la jument. Nerveuse, elle était devant lui, les oreilles tournées vers l'étranger vers lui. Il sourit et tendit lentement sa main, paume vers le ciel et attendit. Après quelques secondes, elle vint et poser son nez dedans. Il sourit et lui flatta l'encolure, la laissant s'habituer à son odeur puis lu mit le licol. La sortant du box, il attacha la longe à un anneau dans le mur. Puis avec le matériel de pansage qu'il était allé chercher, il la prépara, lui étira les muscles, regardant bien qu'elle n'ait pas de blessure. Il apprécia ce qu'il vit et sourit en entendant des pas légers et hésitants derrière lui : Robin. Sans le regarder, il dit :

Bien! Maintenant que tu es là, tu vas prendre sa selle et son filet et les emmener au manège extérieur, pose-les sur la barrière. Ah, et vois s'il y a des rênes assez longues, j'aimerais la travailler à pied aussi. J'y serais avant toi et ne te perds pas en route, petit.

La détachant, il lui fit faire un demi-tour et sortit, après avoir jeté un regard au garçon qui s'éloignait au pas de course vers la sellerie. Il emmena la jument jusqu'au manège extérieur et la mit en cercle, la faisant travailler au pas d'abord puis trot, travaillant ses transitions intrallures, c'est-à-dire des transitions dans le trot en passant d'un trot allongé à un trot rassemblé etc et même chose au pas pour la détendre. Quand elle répondit bien à la longe, il la fit travailler au galop, la laissant galoper vite pendant un ou deux tours avant de la reprendre et de travailler encore. Entre-temps, Robin était arrivé et avait posé le harnachement sur la barrière et le fixait avec un regard d'admiration que n'aimait pas trop Aslas. Il faisait travailler la jument, ce n'était pas incroyable... si? Puis, il sortit une pomme de sa poche et la donna à manger à Fleur tout en la flattant. Il vint à la barrière.

Bien mon garçon!

Mettant le licol en collier de chien, il lui mit le filet et changea les rênes pour de longues rênes. Il la travailla ensuite un moment à pied pour qu'elle réponde bien. Il apprécia les répondants de la jument et lui donna une autre pomme à la fin de la fin de la séance. Elle était trempée de sueur de la tête aux pieds, mieux valait arrêter là. Mine de rien, elle avait eu besoin de plus de travail à la longe et à pied qu'il ne pensait... Ça avait été bénéfique au moins. Il lui remit son licol et donna le filet au garçon.

Ramène son harnachement aux écuries, lave le mors et graisse la selle, elle a besoin, pas le filet. Je la ramène moi-même.

Il la ramena, la pansa et la mit au box en vérifiant qu'elle avait à boire, du fourrage et la caressa.

Tu as bien travaillé ma belle, c'est bien. Repose-toi maintenant... Puis se tournant vers son étalon, il rit. Pas la peine de faire cette tête-là, tu sortiras demain matin, toi.  Balade ou monte, je n'ai pas encore décidé, on verra le temps, l'état de la carrière...

S'éloignant, il passa à la sellerie où Robin astiquait énergiquement la selle et sourit en coin, content qu'il ne prenne pas ça en l'air. S'il l'avait fait, il lui aurait passé un savon et à la deuxième faute ou paresse, aurait demandé quelqu'un d'autre. Il lui faut un palefrenier motivé ou autant ne pas en avoir. Il sortit, bien content de son travail et savoura un rayon de soleil dans la cour.


Dernière édition par Aslas le Sam 19 Oct - 19:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslas

avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 27/04/2013

MessageSujet: Re: manège extérieur   Jeu 20 Juin - 19:08

Ce matin-là, comme tant d'autres matins depuis la première fois où il avait travaillé Fleur, il arriva dans les écuries, se dirigea vers les box mitoyens de Fleur et Otello et leur dit bonjour à chacun, en les caressant. Il rentra dans le box de son étalon, vérifia rapidement qu'il n'avait rien tout en le pansant. Puis, il fit la même chose à Fleur avant d'aller chercher son équipement entier. Enfin sellée et harnachée, il la sortit de son box. La prenant par les rênes, il l'emmena dans la cour. Robin voulut l'aider, pensant qu'il l'emmenait à la carrière mais un signe d'Aslas le dissuada de penser à cette option. La tenant, le brun monta souplement sur la jument. Elle broncha légèrement, étonnée de ce nouveau cavalier mais ne réagit pas durement, amenant un léger sourire à Aslas. Celui-ci l'emmena au pas jusqu'au parc et de là, la mit au galop. Il la fit entrer dans les bois, et accélérer. Plus vite qu'elle n'avait jamais été. Il lui demanda de donner tout ce qu'elle avait sur un des nombreux sentiers des bois. Apres quelques minutes ainsi, il la calma et ralentit l'allure jusqu'à un pas actif. Puis, quand elle fut remise, la mena jusqu'à une clairière ensoleillée, inoccupée, calme et descendit. Il prit une longe dans la sacoche qu'il avait attachée à la selle et l'attacha sur le filet. S'allongeant dans l'herbe, il goûta le soleil. La jument, un peu étonnée, finit par brouter. Leur pause dura une heure, au bout de laquelle ils rentrèrent au château, alternant le trot et le petit galop, empruntant quelques chemins détournés. Quand enfin, ils arrivèrent dans la cour au pas, les flancs de Fleur étaient trempés de sueur et elle semblait exténuée. A terre, Aslas l'attacha dans la cour avant de tout lui enlever, à part un licol et une longe, lui doucher les membres et la panser longuement. Quand elle fut propre, il la ramena dans son box. 
Allant cette fois-ci dans le box d'Otello, il le sella lui aussi. Attrapant Robin au passage, il lui dit :


Robin, occupe-toi de l'harnachement de Fleur, je vais au manège extérieur avec Otello.


Il ouvrit la porte du box et son cheval le suivit sans qu'il ait besoin de le tenir jusqu'à la carrière. Il referma la barrière et monta sur son dos. Un grand sourire étira ses lèvres et il murmura pour lui-même :


Tu es tellement plus agréable, mon ami... Fleur est faite pour Léanore mais je dois bien l'entraîner et lui réapprendre certaines choses avant de faire remonter sa maîtresse. Allons-y!


Commençant une détente au pas, ils travaillèrent par quelques figures de manège, remises en jambe et enchaînèrent détente au trot puis au galop. Ils travaillèrent ainsi jusqu'au coucher du soleil, en parfaite entente. Robin était venu les regarder travailler. Quand le brun descendit et ramena son étalon à l'écurie, le garçon les suivit, impressionné. Aslas refit le même nettoyage à Otello qu'il avait fait à Fleur et s'occupa lui-même de son harnachement avant de partir tard dans la nuit. Il avait pris sa décision, le moment était venu.


Dernière édition par Aslas le Sam 19 Oct - 20:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslas

avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 27/04/2013

MessageSujet: Re: manège extérieur   Jeu 20 Juin - 19:21

Le lendemain, Aslas se rendit à l'écurie aux alentours de 10h et prépara Fleur. Quand elle fut harnachée et sellée, il vérifia que les rênes étaient coincées dans un étrier pour éviter qu'elle ne marche dessus et sortit dans la cour. S'adossant à un mur, il croisa les bras et attendit, les yeux dans le vague, en repensant au mot qu'il avait fait porter à Léanore hier dans l'après-midi, après avoir monté la jument. Il disait : 



Citation :
A Léanore,

Je vous prie, si vous le pouvez, de venir demain aux alentours de 10h pour votre première leçon équestre. 

Aslas


Le brun attendait donc, sûr que Léanore allait venir puisqu'il n'avait rien reçu prouvant qu'elle ne pouvait venir.




Dernière édition par Aslas le Sam 19 Oct - 20:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leanore

avatar

Nombre de messages : 317
Date d'inscription : 19/01/2012

MessageSujet: Re: manège extérieur   Dim 23 Juin - 21:10

Léanore avait donné carte blanche à Aslas dans son travail d'instructeur équestre. Il avait donc pris le temps d'entraîner sa jument. La jeune femme le regardait de temps en temps par la fenêtre de son bureau où elle travaillait n'osant aller l'interrompre dans l'exercice.
Elle avait pu constater qu'il s'y entendait avec les chevaux vu comment Fleur répondait au doigt, à la voix et aux jambes de l'écuyer.

Lorsqu'elle reçut la missive, elle eut du mal à fermer l'oeil. POurtant ce n'était pas la première fois qu'elle allait monter sa jument mais là elle aurait un oeil expert et critique sur sa façon de monter.
Pourtant elle fut à l'heure. Elle avait revêtu une tenue plus adaptée à cette activité

et ce fut une Léanore un peu nerveuse qui vint au manège où l'attendait Aslas de pied ferme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslas

avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 27/04/2013

MessageSujet: Re: manège extérieur   Lun 24 Juin - 19:23

Quand la cloche du village au loin sonna les coups de dix heures du matin, Aslas sortit de sa rêverie. Il se redressa et retourna dans les écuries, traversant les raies de lumière qui zébraient l'intérieur du bâtiment, montrant les grains de poussière et de paille tournoyant constamment dans l'air ambiant. Entrant dans le box de Fleur, il prit les rênes et la fit sortir, l'emmenant au manège extérieur. Il amena la jument au milieu de la carrière et commença à descendre les étriers, à les régler de façon à ce qu'ils soient de la même longueur et, d'après ses estimations, à peu près à celle des jambes de Léanore. Soulevant le quartier gauche de la selle, il détacha la sangle, avança la selle au maximum puis dégarrota avant de sangler serré mais pas assez pour que la jument puisse quand même respirer et se déplacer sans peine. D'un coup d’œil, il sut que le filet était bien placé. Il prit un antérieur puis l'amena devant la jument, en le soulevant, pour détendre ses muscles avant de travailler et recommença l'opération avec l'autre antérieur. Il sentit une présence, un bruit ténu de pas sur l'herbe et se retourna. Léanore avançait vers le manège, dans une tenue de cavalière qui lui allait à merveille, prête à recevoir sa première leçon. Il eut un petit sourire en coin puis remarqua qu'elle semblait nerveuse et pas vraiment rassurée. Il faillit rire, il n'allait pas la manger quand même! Mais il se força à ne montrer qu'un sourire accueillant et la salua d'un signe de tête.


Bonjour Léanore, prête? Je dois vous prévenir de deux choses avant que vous montiez et que vous me répondiez : premièrement, pas de cravache, pas d'éperons avec moi. Deuxièmement, même si je suis un peu... froid dans les prochaines heures, n'y prenez pas garde, je suis ainsi avec les chevaux et surtout avec les cavaliers. 


Le brun rit, s'amusant de lui-même et la rassura d'un sourire. Une main sur les rênes de Fleur, il lui tendit l'autre, ses yeux bleu de glace la scrutant intensément, soudain bien moins désinvolte.


Si vous êtes prête, c'est maintenant...


Dernière édition par Aslas le Sam 19 Oct - 20:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leanore

avatar

Nombre de messages : 317
Date d'inscription : 19/01/2012

MessageSujet: Re: manège extérieur   Sam 29 Juin - 13:48

Aslas était en train d'échauffement la jument et il se retourna à son arrivée. UN sourire chaleureux qui étrangement contrastait avec le bleu glacier des yeux. Elle répondit à son bonjour par un hochement de la tête et écouta les dernières directives. Heureusement qu'il l'a prévenait car pour sûr elle aurait été surprise du changement de ton. Elle espérait juste pouvoir s'y faire et que cette froideur ne se transformerait pas en cris. Ce qu'elle doutait.

Comme il lui tendait une des rênes, cela ressemblait plus à un ordre qu'à une question. Et Léanore pour toute réponse prit la rêne, engagea son pied gauche dans l'étrier, prit des deux mains le pommeau de la selle et se hissant, fit passer la jambe droite par-dessus le dos de la jument : ça elle savait faire........ Rapidement le pied trouva l'autre étrier et s'y engouffra.

Elle cala ses fesses au mieux dans le creux de la selle et d'un sourire plutôt fier, elle regarda son professeur et attendit les ordres.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslas

avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 27/04/2013

MessageSujet: Re: manège extérieur   Sam 29 Juin - 15:28

Aslas eut un éclair amusé dans son regard bleu glacier et la regarda s'élever souplement en prenant appui sur son pied gauche dans l'étrier pour passer la jambe au-dessus de la selle et retomber sur le siège de cuir. Il la regarda un instant, sa figure fière d'avoir réussi à monter seule et sans faire un faux pas. Il tenait toujours les rênes d'une main, près du pommeau, il les lui donna donc en lui demandant de ne pas les ajuster tout de suite. Se plaçant devant la jument, il vérifia que les étriers étaient bien de la même longueur mais, comme ce qu'il pensait, légèrement trop courts. Il revint vers elle et dit :

Bien, faites juste attention à vous asseoir doucement dans la selle en montant pour ne pas faire mal au dos de votre cheval. Premier exercice pour vous : ajuster vos étriers. Vous levez votre jambe que vous placez entre le petit quartier et le pommeau pendant que vous tirez sur l'étrivière, c'est-à-dire la lanière de cuir où il y a l'étrier et vous régler avec la boucle. Ils sont trop courts encore pour faire du bon dressage donc je vous dirai de descendre d'un trou de chaque.

Quand cela fut fait, il vérifia que ses jambes étaient bien comme elles devaient êtres avec des étriers ajustés et passa aux rênes, en lui demandant d'ajuster. Pour le moment, ça allait. Allant au milieu de la carrière, il l'invita à mener sa monture au pas sur la piste.

Bien, allons-y. Vos rênes sont trop longues, il faut qu'elles soient assez longues pour ne pas énerver votre cheval, qu'il puisse respirer et bouger sa tête mais il faut aussi qu'elles soient assez courtes pour qu'il sente un contact permanent entre vos doigts donc votre volonté et sa bouche. Voilà, rajustez-les, sentez qu'il y a du contact sans que ce contact entrave totalement sa tête.
Maintenant, vos étriers. Ils ne doivent pas être mis à fond comme ça, ils sont presque à votre talon, or ils doivent être au bout du pied et vous devez appuyer sur vos talons. Mettez tout votre poids dans vos talons. Vos genoux ne doivent pas être collés à la selle, à cause de ça, vos pied partent en arrière, ce sont vos mollets qui doivent être collés à la selle. Attendez...


Aslas la rejoignit en trois grandes enjambées et arrêta Fleur, une main sur les rênes, douce. Il fit glisser les étriers jusqu'au bout de la botte de Léanore, fit descendre ses talons plus bas que l'étrier, décolla les genoux et colla les mollets. Il lui fit plier légèrement les coudes et, une main dans le creux de son dos, il fit reculer ses épaules. Ses gestes étaient doux et sereins et quand il vit qu'elle le regardait, étonnée, un peu craintive, du bout de ses doigts, il poussa légèrement sur sa joue blanche pour qu'elle regarde droit devant. Il eut un léger sourire qu'elle ne vit sûrement pas et recula d'un pas.

Tenez-vous droite. Loin, votre regard. La position dans laquelle je vous ai mise est celle que vous devez avoir tout le temps normalement. Vos épaules et vos talons doivent être alignés. Souvenez de toujours mettre vos épaules en arrière, de bien plier vos omoplates tandis que votre regard porte loin. Les épaules en sont une extension, et votre cheval tournera là où vont vos épaules. Voilà. Recommencez à la faire marcher d'une pression de mollet. Si ça ne marche pas, un léger coup de talon suffira. Essayez de garder cette position sans être trop rigide, votre bassin doit suivre les mouvements de votre monture.

Fleur reprit docilement le pas et il acquiesça. Il tournait lentement sur lui-même en la regardant et donna quelques indications de temps en temps. Au bout de deux tours ainsi, il lui dit :

Vous vous efforcez de garder cette position, c'est bien. Vous allez vous arrêter. Pour cela, tirez un peu sur vos rênes et dans le même temps, votre bassin s'arrêtera de suivre les mouvements de la jument, vous devez statufier votre corps en quelque sorte. Alors... A-rrê-ter.

Aslas savait qu'il n'y aurait pas trop de problème au pas et il avait hâte de voir comment elle s'en sortirait au trot. Même s'il ne le montrait pas, il était content de ce qu'il voyait pour l'instant, elle était persévérante, volontaire et essayait sans se plaindre de faire ce qu'il lui demandait. Il savait que tout ne serait pas à refaire au prochain cours, dans quelques jours. Il ne se l'avouait pas, pas pour l'instant, mais elle était très belle, ainsi droite sur sa jument, altière et noble. Elle semblait inaccessible et d'un autre monde, dans le soleil du matin, resplendissante. Se forçant à bouger, il se reconcentra.


Dernière édition par Aslas le Sam 19 Oct - 20:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leanore

avatar

Nombre de messages : 317
Date d'inscription : 19/01/2012

MessageSujet: Re: manège extérieur   Dim 30 Juin - 12:25

Ce n'était pas tout de monter encore fallait il avoir une bonne tenue, les experts diront une bonne assiette. Au fur et à mesure des explications d'Aslas, Léanore se rendit compte qu'elle ne connaissait pas grand chose. Il est vrai que son "apprentissage" avec Hubert s'était borné à quelques tours du manège. Le brave homme n'y connaissait pas grand chose et son rôle avait consisté à régler les étriers comme il pouvait, la regarder tourner et l'aider à se relever lorsqu'elle tombait. Elle comprenait à présent le pourquoi de ses chûtes lors des joutes.

Premier défi : régler les étriers. Léanore releva donc la jambe comme Aslas lui avait indiqué et elle trouva déjà l'exercice difficile. Un seul appui, tenir l'équilibre, la jambe restée dans l'autre étrier qui tremblottait, et Fleur qui bougeait un peu trop à son goût. Mais elle réussit à passer le cap. Elle se doutait bien que le reste ne serait pas une synécure.

Aslas l'examinait sous toutes les coutures, Léanore s'efforçait de se tenir droite. D'une main sûre il vint corriger sa tenue, tout y passa : pied, mollet, dos, épaule et même le visage. Il semblait content tandis que son sentiment à elle était qu'elle n'était pas vraiment à l'aise. Le pire est qu'il fallait garder cette position pendant l'exercice au pas ce qu'elle tenta de faire. Elle sentait les muscles qui se tétanisaient petit à petit et qui se durcissaient. Elle pensa à garder les épaules en arrière, le dos un peu creusé au niveau des reins et elle fut un peu gênée en pensant qu'ainsi, sa poitrine devait ressortir. Elle sentait une petite goutte de sueur descendre le long de sa colonne vertébrale et tout en suivant l'allure de Fleur elle appréhendait déjà les courbatures du lendemain.

Aslas l'observait, lui donnant des conseils, elle gardait la tête droite, port qu'elle avait naturellement, le regard devant, ne voulant pas se laisser distraire en regardant son instructeur. Elle n'avait pas vraiment l'impression de commander Fleur et se dit que sa jument devait marcher instinctivement au son de la voix d'Aslas et en suivant la forme ronde du manège.

Celui-ci lui donna quelques indications pour faire arrêter le cheval et lorsqu'il lui donna le signal, elle tira légèrement sur les rênes, et resta immobile comme il le lui avait dit. Fleur docile cessa son pas. Une fois à l'arrêt, elle prit enfin le droit de tourner la tête vers son professeur l'air interrogateur attendant son approbation. Pourquoi la fixait-il ainsi ? Avait-elle mal fait ? Réfléchissait-il à la suite à donner sur la torture qu'elle subissait en silence, stoïque et obéissante.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslas

avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 27/04/2013

MessageSujet: Re: manège extérieur   Dim 30 Juin - 15:06

Il sentit le regard de Léanore sur lui mais se reconcentra et la regarda à nouveau comme son élève. Pour l'instant, il devait admettre qu'elle se débrouillait plutôt bien mais il y avait deux problèmes qui se profilaient très rapidement et elle devait les régler sinon, ça allait être une torture pour elle. Il s'approcha, se tenant à quelques pas d'elle. Il remarqua que, la jument arrêtée, elle continuait à tirer un peu sur les rênes et Fleur tirait elle aussi sur son mors. Il expliqua donc, la voyant un peu inquiète :

Vous avez remarqué que Fleur a tendance à bouger et tirer son mors après que vous l'ayez arrêté, c'est normal. Relâchez un peu les rênes. Quand vous arrêtez votre cheval, vous tirez légèrement sur les rênes et vous vous immobilisez, cependant après l'arrêt, si vous continuez à tirer sur vos rênes, la jument va s'agacer et se demander pourquoi vous tirez encore, il faut donc relâcher un peu les rênes mais pas les laisser flottantes. Toujours un contact avec la bouche de votre cheval, souvenez-vous en. Remettez-la au pas d'une pression de mollet et détendez votre corps.

Il se rapprocha d'elle et marcha aux côtés de la jument, lui exposant les deux fameux problèmes et la suite, parce que ce n'était pas fini, loin de là. Il eut un petit sourire rassurant et caressa l'encolure de la jument.

Bien, il y a deux points qui m'ennuient dans tout ce que j'ai pu observer. Alors, le premier consiste à votre position. Vous essayez de tenir celle dans laquelle je vous ai mise plus tôt mais il ne faut pas que vous soyez comme une statue. Votre corps doit accompagner les mouvements de votre cheval, si vous continuez comme ça, vous allez avoir bien plus de courbatures qu'il ne devrait y avoir. Laissez votre corps suivre l'allure de votre monture, vous devez être en accord avec elle et avoir votre position en même temps. il faut un juste milieu entre être aussi droite qu'un manche à balai et être trop flexible et donc trop bouger, ne rien contrôler. Voyez-vous où je veux en venir? Détendez-vous, Fleur ne va pas vous mettre par terre comme ça, en tout cas pas volontairement donc n'ayez pas autant d'appréhension. Si vous êtes aussi raide, c'est aussi parce que vous êtes très crispée et je vous assure que je ne vais rien vous faire!

Le brun eut un sourire amusé, essayant de la détendre un peu. Il la regarda et une lueur malicieuse passa dans ses yeux de glace, une idée de génie pour la faire bouger.

Pour vous détendre, vous allez faire un peu de mise en selle, vous allez aimer, je le sens. La mise en selle consiste à faire des exercices à cheval. Faites ce que je vous dis, je vous jure que ça va aller. Enlevez vos pieds des étriers et tendez vos pointes de pieds le plus bas possible, presque comme si vous étiez debout. Voilà... Maintenant, relevez vos genoux au-dessous de la selle en vous tenant au pommeau, lâchez complètement vos rênes. Je suis juste à côté et Fleur ne partira pas. Allez, plus haut que ça. Voilà, tenez cinq secondes, c'est bon, descendez-les. Maintenant, touchez la queue de votre jument avec votre main. Allez-y. Et après, touchez les oreilles de Fleur. Étirez-vous et tirez sur vos bras pour aller le plus haut possible, voilà... Roulez un peu des épaules, tournez la tête de gauche à droite puis de droite à gauche... Vous sentez vos muscles se détendre? Là, maintenant, vous êtes relâchée sur votre cheval et j'aimerais que vous soyez ainsi au pas mais avec la position que je vous ai montrée. Être dans la position mais détendue, vous comprenez mieux?

Aslas sourit franchement en voyant une moue incrédule sur le visage de Léanore. Elle se demandait sûrement s'il n'était pas un peu fou... Mais le cheval, c'est aussi être un peu fou, pour pouvoir être en totale liberté avec sa monture! Il était pareil avant... Et puis, ils avaient beaucoup appris, avec Otello, ensemble mais... seuls. Alors il était prêt à lui enseigner tout ce qu'il avait appris avec beaucoup plus d'années. Il lui demanda de reprendre les rênes et les ajuster seule. Ah, l'erreur de tous les débutants, trop longues. Il vint près d'elle et mit un bras de l'autre côté de la jument, ses mains sur celle de Léanore et arrêta la jument.

Je vais vous montrer, vous allez sentir la différence et vous ne ferez plus la même faute après. Là, vos rênes sont trop longues, pour avoir un vrai contact sur la bouche de votre cheval, il faut que vous rameniez vos mains presque à votre bassin, vous voyez le problème? Maintenant, en les raccourcissant de trop, Fleur a la tête encastrée et si vous tirez avec ce genre de longueur, elle va... reculer.

Aslas fit reculer la jument de quelques pas, exprès. Il avait un total contrôle mais il sentait le souffle de Léanore s’accélérer. La leçon était suffisante, elle s'en souviendrait bien. Il relâcha un peu les rênes.

Là, vous voyez, c'est la bonne longueur. Vous avez du contact sur la bouche de votre cheval sans reculer vos mains à trois lieux de là où elle devraient être et si vous tirez un peu pour l'arrêter, elle ne recule pas, parce qu'il y a un peu de mou. Maintenant, vous vous souviendrez de cela et vous ne ferez plus cette faute.

Il lâcha les rênes, enleva ses mains de celle de Léanore et s'éloigna de quelques pas. Il scruta sa silhouette et acquiesça pour lui-même.

Bien.... C'est déjà beaucoup mieux. Mon second problème étant que vous ne contrôlez pas vraiment votre jument. Si vous avez déjà vos rênes bien ajustées, vous la contrôlerez mieux. Ensuite, il faut que vous vous disiez, tout le temps quand vous montez, que vous êtes le maître. C'est vous qui commandez à votre cheval où allez, quoi faire, quelle allure prendre. S'il ne vous obéit pas, vous devez avoir une volonté de fer, vous fâcher s'il le faut et qu'il fasse ce que vous lui demander. Si vous ne le pensez pas vraiment, un autre cheval que Fleur, plus malicieux ou rusé, qui n'a pas envie de travailler, vous mènera en bateau et fera ce qu'il veut. Soyez sûre de vous. Le cheval est un animal qui sent si vous avez peur, il utilisera cette information en conséquence. Fleur est très gentille et docile, elle a été bien dressée, elle ne vous fera jamais ça. Mais il faut pouvoir monter plusieurs chevaux différents. C'est ce que je veux vous apprendre.

Son regard bleu était pénétrant, intense, il pensait vraiment tout ce qu'il disait et était très sérieux. Il recula jusqu'au centre la carrière et sourit.

Bien, faites-la avancer au pas maintenant mais demandez-lui un pas actif. Elle s'endort, soyez réactive, qu'elle réponde à vos appels. Vous allez partir au trot, pour cela, serrez les mollets et si ça ne suffit pas, donnez un léger coup de talon. Avant de faire, ça, une petite chose. Il existe deux façons pour le cavalier de se comporter à cette allure : le trot assis et le trot enlevé. Le premier consiste à rester le plus assis possible dans sa selle, rebondir le moins possible, c'est cette manière qu'on utilise le plus souvent en dressage. Le trot enlevé est plus confortable, il consiste à se soulever de sa selle un temps sur deux. Le cheval, au trot, avance par couple antérieur-postérieur inverse, c'est-à-dire que l'antérieur gauche avance avec le postérieur droit et l'antérieur droit avance avec le postérieur gauche. Il faut que vous regardiez l'antérieur extérieur, qui donne vers l'extérieur de la carrière et ici, c'est l'antérieur gauche. Quand il va vers l'avant, vous devez être en l'air et quand il se pose par terre, vous devez être dans votre selle. Vous comprenez? J'aimerais qu'on fasse du trot enlevé, c'est le plus agréable et vous allez avoir suffisamment de courbatures demain pour éviter qu'on en rajoute avec le trot assis. Vous avez compris?

Même si Aslas ne le montrait pas forcément, il se préoccupait beaucoup de son élève et lui évitait un trop grand travail en une fois. Son regard dérivait autre part que vers le visage de Léanore, il sentait son regard sur lui. Pour donner le change, il regarda Fleur et, dans l'absence de réponse immédiate, il dit :

Alors allez-y. Au trot!


Dernière édition par Aslas le Sam 19 Oct - 20:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leanore

avatar

Nombre de messages : 317
Date d'inscription : 19/01/2012

MessageSujet: Re: manège extérieur   Sam 6 Juil - 15:51

Les réponses à ses interrogations ne se firent pas attendre et son instructeur entreprit aussitôt de corriger ses défauts. Il est vrai qu’il n’était pas facile de trouver le juste milieu sur la tension des rênes et Léanore se rendait bien compte qu’elle devait torturer la pauvre bouche de sa jument. Lorsqu’elle la remit au pas, elle ajusta la longueur et il lui semblait que cela allait mieux. Pour la position elle ne se sentait toujours pas à l’aise ou plutôt pas naturelle de son point de vue. Elle ne se doutait pas un instant qu’Aslas était plein de ressources et qu’il n’en avait pas fini avec elle….. Mais elle obéit sans broncher

Lorsqu’elle enleva les pieds des étriers, contrairement à ce qu’elle aurait pu penser, son corps épousa parfaitement la forme de la selle et c’était son poids qui lui faisait garder l’équilibre. Lever les genoux n’était pas un problème en soi pour elle car Léanore en marchant à travers la campagne, escaladant les arbres ou les collines était assez musclée. Mais allez donc le faire sur un cheval en mouvement, même au pas, en ayant rien à quoi se raccrocher. Elle réfréna plusieurs fois l’envie de saisir le pommeau ou la crinière de Fleur et la présence d’Aslas à côté ne la rassurait pas tout à fait. Et si elle tombait…. Mais elle ne tomba point. Elle respirait à fond afin de chasser l’appréhension qui l’envahissait d’autant qu’il lui demanda ensuite d’aller toucher la queue. Comme la selle avait été mise très en avant, elle était pratiquement allongée, le dos de la jument et le sien se touchant. Elle sentait les muscles de l’animal qui travaillait et sans doute que les siens le faisaient également sans qu’elle s’en rende compte. Petit à petit elle prenait quand même de l’assurance et lorsqu’elle reprit position verticale, elle put constater qu’Aslas ne lui avait pas menti. Cependant elle n’imaginait pas faire cela à chaque fois et elle fit en sorte que chaque point de son corps mémorise son emplacement.
La reprise en main fut catastrophique une fois encore et son instructeur dut une fois de plus faire la démonstration de ses erreurs. Était-ce le contact des ses mains sur les siennes ou le fait de faire reculer la jument qui lui obéissait au doigt et à l’œil, qui lui fit accélérer et la respiration, et le battement de son cœur. Toujours est-il qu’elle sentit un grand trouble l’envahir et une inquiétude incôntrôlée.  Elle l’interrompit comme pour un appel au secours.

Franchement Aslas pour l’instant on va se contenter de Fleur si vous le voulez bien.

Mais la leçon n’était pas terminée et Léanore l’apprit à ses dépens. Enfin plutôt son pauvre postérieur. Aslas expliquait : l’antérieur, le postérieur….. Il lui semblait que tout se mélangeait dans sa tête. Comment réussirait-elle ce prodige ? Forcer Fleur à trotter, regarder la jambe, penser à soulever ses fesses de la selle…. La jeune femme pensa qu’il fallait être un génie pour ça.

Elle ne sut comment mais lorsque Aslas cria : Au trot ! Fleur démarra. Léanore ne crut pas un instant que ce fut par le seul contact de ses mollets mais plutôt par l’intonation de la voix. Elle serrait les rênes, elle tentait de maintenir les talons baissés, de reculer les épaules, de soulever les fesses tout en ayant ses yeux braqués sur la jambe de Fleur qui lui donnerait le tempo : un trottement….. Deux trottements….. Trois trottements…… Elle commençait à y croire…. Et relâcha son attention. Bien mal lui en prit….. Son pied glissa hors de l’étrier et lorsqu’elle voulut suivre le mouvement, elle perdit l’équilibre et bascula sur le côté pour se retrouver dans la sable. La jument elle continua quelques pas avant de s’arrêter ne sentant plus le poids sur son dos.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslas

avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 27/04/2013

MessageSujet: Re: manège extérieur   Sam 6 Juil - 18:19

La mise en selle en selle se passa bien mieux qu'Aslas ne l'avait craint, Léanore avait une bonne assiette même si elle devait encore la travailler notamment dans les autres allures auxquelles elle devait s'habituer. Avec une assiette comme celle-là, le trot assis serait peut-être plus simple au final pour la suite immédiate... Mais les courbatures seraient assez dures pour qu'elles le maudisse cette nuit à cause des crampes, il préférait qu'elle lui en veuille un peu que se faire maudire quand même et puis... il fallait qu'elle sache faire du trot enlevé rapidement, c'est bien moins fatiguant et elle aura des facilités à contrôler sa jument. Le verdict allait de soi.

Lorsqu'il fit sa seconde démonstration et fit reculer la jument par le jeu des rênes, il sentit son regard rivé sur ses mains recouvrant les siennes puis sur ses boucles brunes. Il continua pourtant sa leçon, sans se démonter mais ce regard était... intense, assez intense pour qu'il se trouble, même s'il ne montra rien. Cependant, quand elle le pria de s'intéresser d'abord à Fleur, Aslas eut un sourire en coin et acquiesça tranquillement mais garda son objectif : il la formait pour pouvoir monter sur la plupart des chevaux de son niveau.

Passer au trot... Ses explications semblaient perturber Léanore plus que l'aider et la perdre. Il se résolut alors à la pratique, ce qui était tout de même bien plus simple dans ce cas-là. Au son de voix et surtout à l'intonation, la docile Fleur partit au petit trot, tranquille. Il vit Léanore paniquer légèrement, essayer comme elle pouvait de tenir, il donna ses conseils.


Fleur est dans un petit trot de travail, ne vous inquiétez pas d'une accélération subite. Bien... Continuez à vous soulever de votre selle un temps sur deux et quand vous  vous soulevez, avec l'impulsion que donne l'allure, vous avancez légèrement votre bassin, vous verrez, c'est plus simple. Mettez-le au-dessus de votre pommeau et quand vous vous rasseyez, recule-le légèrement pour être au milieu de la selle. Ça vient naturellement... Maintenant que vous avez le tempo, lâchez l'épaule extérieure de vue, redressez-vous et regardez loin devant vous. Vous avez le rythme, vous n'allez pas le perdre et si vous le perdez, vous le retrouverez facilement en vous mettant en suspension grâce à vos étriers. Le poids dans les talons, Léanore... Et respirez ou vous allez avoir un point de côté. Pensez à respirer tout le temps à cheval, ça permet aussi de se calmer.. Restez bien au-dessus de votre selle, vous êtes déséquilibrée et vous risquez de...

Il vit glisser l'étrier de Léanore au moment où il finissait sa phrase et la seule pensée qui lui a traversée l'esprit a été : "Non, Léanore!". Il la vit chercher à retrouver son équilibre mais ayant mis presque tout son poids sur ce talon, elle était déséquilibrée et tomba, comme au ralenti. Quand la silhouette de Léanore atterrissait dans le sable, Aslas courait déjà vers elle. En un instant, il fut à côté d'elle, agenouillé. Un "Fleur!" retentissant arrêta la jument, de toute façon surprise de n'avoir plus personne sur son dos. Il se pencha vers elle et la vit sur le côté, immobile. Avec une grande douceur, il passa un bras derrière ses épaules et la mit délicatement sur le dos, attendant anxieusement de savoir si elle était consciente ou non.

Léanore? Léanore, répondez-moi... Léanore!


Dernière édition par Aslas le Sam 19 Oct - 20:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leanore

avatar

Nombre de messages : 317
Date d'inscription : 19/01/2012

MessageSujet: Re: manège extérieur   Lun 8 Juil - 15:28

Combien de temps resta t elle ainsi sur le sable. Etait-elle consciente ou inconsciente ? Elle gardait les yeux fermés, le souffle un peu coupé, et n'osait bouger. Elle ne ressentait aucune douleur, mais la tête lui tournait un peu. Elle sentit qu'on la positionna sur le dos et entendit une voix qui trahissait une certaine angoisse. Elle eut un peu de mal à avaler sa salive, et bien que petit à petit sa respiration reprenait un rythme plus régulier, elle sentait comme un bourdonnement dans sa tête.

Gardant toujours les yeux fermés, elle porta ses deux mains au front pour tenter d'atténuer ce bruit qui martelait ses tempes. Elle sentit un liquide légèrement visqueux sur sa main droite.

Enfin elle eut la force d'ouvrir les yeux, et vit le visage d'Aslas penché sur elle. Pendant un instant ses yeux noirs croisèrent les azurs de son écuyer, interrogatifs. Il était urgent de faire cesser ce sentiment troublant qui l'envahissait dès qu'il posait les yeux sur elle, la main en fut une excuse. Du sang tachait ses doigts......

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslas

avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 27/04/2013

MessageSujet: Re: manège extérieur   Lun 8 Juil - 23:14

Qu'elle avait l'air frêle dans ses bras... Son corps amaigri semblait une poupée de chiffons contre lui et sa respiration difficile témoignait de la dureté du choc. Son inquiétude grandissait, seulement trahie par son souffle rapide et ses yeux bleu devenus aussi tourmentés que les vagues s'échouant contre les rochers de la falaise, foncées doublés du blanc de l'écume. Il la serra un peu plus contre lui, en une étreinte protectrice. Soudain, le pouls de Léanore ralentit doucement et son souffle se fit plus calme tandis qu'il la vit déglutir, avec difficulté. Le soulagement le submergea, il expira longuement et la plus grande partie de sa peur s'envola. Cependant, elle n'ouvrait pas les yeux, ses si beaux yeux noirs, comme ceux d'une gitane... Sa main se leva et tâta une partie de sa tête invisible aux yeux d'Aslas mais il vit nettement la marque rouge qui souillait les doigts de sa Dame. Il écarquilla les yeux et jura tout bas. Affirmant sa prise sur l'épaule de Léanore mais sans lui faire mal, il la tint contre lui et posa ses doigts sur le menton de Léanore. Un instant, le temps suspendit son envol, sa peau était si douce, si blanche... Elle était si vulnérable et belle ainsi, qu'il se troubla et, sans le vouloir, il resta comme cela pendant ce qui lui sembla une éternité. Mais les prunelles si sombres de Léanore se dévoilèrent doucement et le temps reprit ses droits, rompant le charme. Aslas fut sur le point de dire quelque chose, une brusque inspiration mais détourna le regard, troublé et énigmatique. De ses doigts, il fit tourner le visage de Léanore vers son torse, examinant sa blessure. Une grimace guère élégante tordit sa bouche pendant une courte seconde et sa main quitta le visage pour chercher quelque chose dans sa besace. Enfin, son bras revint avec, à la main, un foulard de la même couleur que ses yeux azurs. Il pressa délicatement le tissu contre la tempe de Léanore, arrêtant un peu le flot de sang. Puis il revint à elle, plongeant ses yeux dans les siens.

Avez-vous mal autre part? Il faut vous ramener d'urgence au manoir, Léanore....

Le brun hésita puis soupira. Il mit de force le foulard dans la main droite de Léanore et la mit sur sa blessure.

Pressez bien sur là où vous avez mal, je vais vous ramener dans vos appartements. Je regarderai ça aussi... Allons-y.

Passant son autre bras sous les genoux de Léanore et baissant légèrement son autre bras pour être un peu près de la taille, il la souleva tout en se levant et la porta ainsi sur quelques pas. S'arrêtant, il siffla et Fleur vint les suivre, docile. Il regarda sa protégée et vit qu'elle n'était pas à l'aise, soumise aux vertiges. La serrant doucement contre lui, il se pencha légèrement vers elle et lui murmura :

Appuyez-vous contre moi et vous aurez moins de vertiges...

Son sourire était sincère et ses yeux, rivés aux siens, intenses telle la mer d'azur qui serpentait au Midi...


Dernière édition par Aslas le Sam 19 Oct - 20:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leanore

avatar

Nombre de messages : 317
Date d'inscription : 19/01/2012

MessageSujet: Re: manège extérieur   Jeu 11 Juil - 18:55

Elle mit un certain temps avant de reprendre complétement ses esprits. La vue du sang sur ses doigts ne l'effrayait pas plus que cela. Le médecin qu'elle était savait que la tête pouvait saigner sans que cela ne fut grave. Cependant la moue que fit Aslas l'niquiéta un peu mais ne le montra pas. DEpuis longtemps elle avait appris à retenir certaines de ses émotions. Il lui donna un foulard qui servirait de compresse et elle se laissa faire. De toute façon elle ne sentait pas la force de marcher, ni parler. Il la souleva facilement, elle ne savait pas aussi menue et lorsqu' il lui demanda de poser  sa tête sur son torse, elle le fit volontiers cherchant instinctivement le réconfort qui lui manquait si cruellement.  

Elle sentait dans le son de sa voix qu'il était inquiet et il lui fallait rapidement le rassurer sur son état. Elle secoua la tête négativement et enfin des mots sortirent de sa bouche. C'était elle la blessée et c'était lui qui avait peur.

Je ne ressens aucune douleur autre part Aslas....Rassurez-vous. ET je suis sûre que cette petite blessure n'est rien.

Elle sourit doucement

Vous allez pouvoir me montrer vos talents de soigneur. Mais je suis sûre qu'un hémostatique et une compresse cicatrisante suffiront.

Elle se tut, s'appuya un peu plus fort contre lui pendant qu'il l'emmenait vers son petit salon où elle aimait lire et se reposer de temps à autre. Il imaginait déjà l'affolement de sa jeune servante.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslas

avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 27/04/2013

MessageSujet: Re: manège extérieur   Sam 13 Juil - 17:09

Elle posa sa tête contre lui avec empressement, cherchant de la stabilité sans doute. Le brun la regarda, inquiet et s'empressa de retourner à la propriété. Qu'elle était légère, bon sang. C'est la remarque qu'il se fit en la portant ainsi à travers le petit bois séparant le manège extérieur du manoir seigneurial. Bougeant légèrement ses bras, il les plaça de façon à ce que ce soit plus confortable pour Léanore.

Elle allait bien, pas de mal autre part... Il était soulagé et haussa les sourcils en l'entendant dire qu'il allait devoir montrer ses talents de soigneur.


Pour être franc, Léanore, vous me direz plutôt quoi prendre et quoi faire car je ne suis pas un soigneur invétéré à part pour bander, recoudre ou désinfecter, je ne sais pas faire grand chose d'autre...

Il sourit en coin, amusé et la serra plus fort dans ses bras quand elle s'appuya derechef contre lui, comme épuisée.


Dernière édition par Aslas le Sam 19 Oct - 20:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslas

avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 27/04/2013

MessageSujet: Re: manège extérieur   Jeu 22 Aoû - 22:23

Aslas s'arrêta un instant, regardant le ciel bleu par la lucarne et eut un sourire en coin. Elle viendrait, il le savait. Revenant à Fleur, il finit de la bouchonner et lui mit sa selle, lâche, et sa bride. Une caresse sur le chanfrein pour la jument, une pour l'étalon qu'il prépara également. Là, dans l'écurie où flottaient des débris de poussière et de paille dans l'air illuminé par les raies venant du soleil, il se sentait à l'aise, comme dans une seconde maison. Les chevaux sont des animaux intelligents, le brun le sait et les aime bien plus que ses semblables. Ils peuvent donner l'affection et le bonheur que d'autres ne savent que garder au fond d'eux-mêmes pour ne jamais le sortir et rester dur et cynique toute leur vie, comme s'ils avaient peur de montrer leur bon côté. Aslas craignait de devenir comme cela, il avait toujours compris que ce comportement ne pouvait apporter que solitude et déception dans une vie qui ne demandait qu'à être remplie de bonheur et de lumière. Totalement dans ses pensées et concentré sur les chevaux, il était comme dans une bulle et un sourire sincère et vrai, comme il en montrait peu, se dessina sur son visage ovale. Se redressant, il resserra les sangles, vérifia les harnachements, dénoua les muscles en les étirant longuement. Sortant de l'écurie, il rejoignit la cour et regarda le ciel, fermant les yeux sous la chaleur du soleil éclatant. Jouant des muscles, il s'étira lui aussi. Le calme, la tranquillité, l'assurance émanaient de lui. Il l'attendait. La leçon ne pouvait commencer sans l'élève et il était prêt à lui faire découvrir le plaisir de la ballade, d'entendre les bruits de la forêt autour de soi et de sa monture en ayant l'impression d'être de ce monde-ci, comme jamais on en est, l'envie de galoper et de ressentir l'ivresse de la course dans ses membres, dans ses veines, sentir les muscles de son cheval sous ses jambes et ne faire qu'un avec lui. Il l'attendait. Elle viendrait, il en était sûr.


Dernière édition par Aslas le Sam 19 Oct - 20:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leanore

avatar

Nombre de messages : 317
Date d'inscription : 19/01/2012

MessageSujet: Re: manège extérieur   Mar 27 Aoû - 14:28

Une belle journée s'annonçait encore. A quoi était-elle due ? Au soleil de fin de saison qui était encore très présent et virulent ou la perspective de prendre sa leçon d'équitation. La dernière n'avait pas été très concluante.... quoique....

Elle était dans sa chambre pour se préparer. La chemise blanche et immaculée grâce aux bons soins et aux secrets de la jeune servante la rendait certainement plus menue qu'elle ne l'était. Les braies très ajustées et près du corps la grandissait. Elle était prête, du moins du point de vue vestimentaire.

Nerveuse elle s'approcha de la fenêtre. Son regard se perdit vers la campagne puis se posa sur le manège. Il était là bien campé sur ses jambes. Pendant un instant il lui semblait qu'elle perdit de son souffle. Elle prit une forte inspiration puis sortit de ses appartements pour le rejoindre.

Cette fois-ci ce n'était pas l'appréhension de monter sa jument et de se conformer à tous les ordres équestres de Aslas qui la hantait, mais plutôt celle de se retrouver face à lui. Le souvenir de leur dernière entrevue était encore là : la douceur de ses gestes, la force des ses bras, la tiédeur de ses lèvres, la chaleur de son regard.

Elle marchait vers lui ne sachant pas comment ils se regarderaient. Instructeur/élève, maîtresse/écuyer ou femme/homme. Elle opta pour la première option sans pouvoir empêcher un léger rougissement de ses joues.

Bonjour Aslas.... Belle journée n'est-ce pas ?


Oui belle journée !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslas

avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 27/04/2013

MessageSujet: Re: manège extérieur   Mar 27 Aoû - 22:37

Devant la grande porte de l'écurie, sous les rayons perçants du soleil de la matinée, Aslas s'étirait tranquillement, détendant son corps pour le préparer à la balade qu'il souhaitait mener et aux tensions tant émotionnelles que physiques qu'il redoutait. Ses cheveux bruns semblaient n'être que boucles indisciplinées, hésitant entre le châtain et le blond, résultant de nombreuses heures passées à l'extérieur. Ils étaient même plus longs qu'avant la retraite de Léanore, n'ayant aucune envie de s'en occuper, il les avaient laissé ainsi et cet amas fous retombait légèrement devant ses yeux, les nimbant d'une ombre mélancolique et rêveuse. Sa chemise blanche baillait sur son torse puissant et l'on voyait sans peine le contractement de ses muscles qui saillaient le long de ses bras relevés derrière sa tête, ses braies noires collaient à ses longues jambes et montraient sa force tandis que des bottes également noires lui montaient jusqu'aux genoux. Sa haute silhouette élancée se découpait sur le mur de l'écurie et il s'y adossa, les yeux toujours fermés, attendant Léanore.

Il entendit des pas légers et courts, reconnaissant immédiatement ceux de sa Dame, il se redressa et ouvrit les yeux. Ses yeux bleus de glace, purs dans l'air du matin, se posèrent sur sa fine silhouette, affinée par des braies étroites et par une chemise blanche épousant ses minces formes. Un fin sourire glissa sur ses lèvres et ses yeux eurent une lueur tendre tandis qu'il s'approchait et la saluait en inclinant la tête.


Bien le bonjour, Léanore. Une belle journée en perspective, oui et parfaite pour une balade, êtes-vous prête à connaître l'ivresse de cette découverte?

Ses yeux pétillaient de malice et il était impatient d'y aller, ça se voyait. Lui faisait signe d'attendre quelques secondes, il repartit à l'intérieur, prit les deux sacoches  qu'il avait rempli de deux capes, d'un nécessaire de médecine, d'une bouteille de calva et de quelques casse-croûte, plaça la plus légère derrière la selle de Fleur et la plus lourde derrière celle d'Otello, les attachant bien solidement. Saisissant leurs rênes, il les mena dans la cour où il attacha Otello avant de présenter Fleur à Léanore, s'assurant une dernière fois que tout était en place. Il descendit les étriers, maintint Fleur à sa place le temps que Léanore se hisse là-haut. Une fois qu'elle fut confortablement installé, il recula de quelques pas, revint sur ses pas, fit glisser l'étrier plus près du bout de son pied, descendant légèrement le talon. Il repositionna ses mains, doucement et la présence de la jeune femme le troubla, sa respiration s'accéléra légèrement. S'éloignant de nouveau, il fit comme si rien ne s'était passé. Hochant la tête, il détacha Otello et monta sur l'étalon qui marchait au pas. L'arrêtant, il leva les yeux au ciel en voyant ses pieds dépasser largement l'étrier et se pencha afin de les régler un peu mieux au vu de sa taille. Il jeta un coup d’œil sur son cheval puis sur celui de Léanore et enfin à elle-même. La regardant, il hocha la tête.

Excusez-moi, des étriers mal réglés... Nous sommes prêts je pense. Venez, nous marcherons en botte-à-botte jusqu'au bois.

Faisant avancer Otello, il se retourna sur sa selle et l'attendit. Ses épaules étaient détendues, sa position parfaite, son assiette sereine, il ressemblait à un roc, prêt à l'aider au moindre besoin. C'était une promesse que tout se passerait et cela se lisait dans son sourire tranquille et un peu excité, son regard bleu tendre et confiant, attentionné tout en étant toujours un peu de glace, cachant cette chaleur comme pour se protéger. Pour se protéger lui ou la protéger elle? Il se posait bien la question mais n'avait toujours pas de réponse...


Dernière édition par Aslas le Sam 19 Oct - 20:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leanore

avatar

Nombre de messages : 317
Date d'inscription : 19/01/2012

MessageSujet: Re: manège extérieur   Dim 1 Sep - 17:30

Elle se sentit un peu détaillée des pieds à la tête et rosit légèrement, essayant de cacher son trouble provoqué par ce regard. Trouble accentué aussi par sa propre vision qu'elle avait eu sur le corps athlétique qui était appuyé nonchalamment sur le mur de la bâtisse.
Le moment de gêne qu'elle avait redouté était passé. Elle s'obligea à penser au moment agréable qu'il lui avait promis, plaisir obtenu par une simple promenade, tranquille dans la campagne. Aslas disparut quelques instants pour revenir avec les rênes des deux chevaux qu'il tenait dans chaque main.
Elle passa son pied dans l'étrier, enjamba le dos et ses fesses épousèrent la forme de la selle. Aslas corrigea sa position, déplaçant doucement ses pieds puis ses mains qui n'étaient pas protégées par des gants. Elle sentit la chaleur de ses mains sur les siennes et il lui sembla qu'il les avaient laissées posées plus que nécessaire. Lorsqu'il recula pour avoir une vue d'ensemble, elle se força à regarder loin devant elle, droite, fière.
Aslas enfourcha à son tour sa monture et Léanore admira la souplesse à laquelle il avait fait ce geste. Elle se rendit compte que c'était la première fois qu'elle le voyait vraiment sur Othello. Là dans la lumière du matin, la silhouette du cheval et d'Aslas ne semblaient qu'en faire qu'une seule. L'animal semblait impatient, le maître sur le retenir d'une main ferme. Il fut bientôt à côté d'elle, la surplombant un peu de sa hauteur, Othello étant plus imposant que Fleur.

Aslas talonna son cheval, Fleur suivit aussitôt sans qu'elle n'ait rien à faire. Les deux chevaux marchaient de concert, au pas, complices sans doute. Léanore sentait ses mollets qui frottaient contre les flancs de sa jument. Le pas n'était plus vraiment une découverte et une appréhension pour elle. Elle put alors se laisser aller à sourire, à être attentive à son environnement.

Ils franchirent l'enceinte du château. Une légère brise était présente lui apportant diverses odeurs. Les dernières fleurs qu'elles savaient reconnaître à présent rien qu'à leur effluves, celle des deux chevaux, un mélange de foin et d'animal.

Elle tourna la tête vers Aslas

Que suggérez-vous ? La forêt ? Les étangs ?

Au fond elle s'en moquait un peu. Seul le plaisir de cette promenade l'enivrait, un plaisir qu'elle ne s'était jamais autorisé seule car pas assez confiante en elle. A présent quelqu'un l'accompagnait, quelqu'un qui la conseillerait, la protégerait. Une personne qui petit à petit réussissait à lui faire baisser sa garde. Etait-ce un bien ? Le prêtre à qui elle s'était confessé l'avait un peu grondée sur son comportement d'il y a quelques jours mais la remontrance n'avait pas été virulente. Elle avait senti dans les yeux et les paroles du prélat une sorte de bienveillance, il lui avait parlé de la bonté d'Aristote, de son amour pour ses fidèles. Elle s'était demandé si le Très Haut pouvait vraiment pardonné cet écart. Le prêtre l'avait absoute après lui avoir commandé plusieurs credos qu'elle avait récités le soir même.

Une fois couchée, les genoux un peu endoloris par la position prolongée qu'elle avait prise pour sa pénitence, elle n'avait pu s'empêcher de repenser à ce baiser échangé et à la future ballade. C'était les joues en feu qu'elle avait pu enfin trouver le sommeil.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslas

avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 27/04/2013

MessageSujet: Re: manège extérieur   Lun 2 Sep - 16:55

Fleur prit le pas sans qu'il sembla à Aslas que Léanore y soit pour quelque chose. Il détailla un instant sa position et son aisance toute nouvelle à cette allure et un sourire en coin ourla ses lèvres. Oui, elle commençait à comprendre où et comment placer ses jambes, ses mains, son buste. Elle était fière et droite sur sa monture, regardant devant elle et non ses rênes. La confiance envers sa jument était un point important mais elle semblait avoir peu à peu confiance en elle-même, du moins à cette allure et cela, Aslas en était content. L'enceinte du château passée, Léanore rompit le silence qui unissait les deux duos.

Que suggérez-vous ? La forêt ? Les étangs ?

Aslas la regarda et sourit franchement, une lueur impatiente et malicieuse dans le regard. Il dirigea son cheval à gauche, Fleur le suivant de près et s'engagea vers la forêt.

Les étangs sont un peu loin et puis... la forêt est un endroit magnifique pour chevaucher. Les sentiers sont bien entretenus et j'ai découvert une clairière il n'y a pas si longtemps. Autant vous y emmener.

A quelques mètres, les frondaisons s'étalaient en un horizon d'ombre entrecoupée de lumière, une promesse de vie et de silence. Un chemin commençait et serpentait à travers les bois, Aslas le suivit avec Léanore. Alors qu'ils entraient dans la forêt, il sourit. Une sensation de calme, de bien-être, de regagner un foyer, d'invitation vers l'inconnu et vers la vie descendit en lui et il se sentit se détendre imperceptiblement, changer légèrement pour devenir plus heureux, plus chaleureux, la glace de ses yeux perdant peu à peu sa dureté pour étinceler sous la voûte sylvestre. Tenant ses rênes d'une main assurée, l'autre posée avec nonchalance sur sa cuisse, les chevaux au pas tranquille, il se sentait apaisé.
Il sentit le regard de Léanore posé sur lui, se tournant vers elle, il lui sourit et admira sa fine silhouette se découpant sur le fond des arbres. Contrairement à d'autres, elle n'était pas oppressée dans la forêt, elle semblait aimer y être et cela, le brun l'appréciait pleinement. Il détourna le regard loin devant eux et eut un geste englobant leur environnement.


La forêt a une saveur particulière pour moi, j'aime y passer bien du temps et je me sens plus chez moi ici que dans la ville.C'est assez étrange quand on y pense mais... c'est ainsi. Quand je suis sur Othello, dans les bois, je ressens mieux son corps et tout ce qu'il y a autour de moi, les sens sont aiguisés. Quand nous trotterons, vous verrez que l'habitude va vous venir car vous ne ferez plus des tours et des tours à en avoir le tournis, vous verrez les arbres de chaque côté et on a envie d'aller plus loin, plus vite. On se libère de tout nos problèmes en galopant, le vent vous fouette le visage et vous avez l'impression de revivre comme quand vous êtes née.

Il avait fermé les yeux un bref instant en disant ces derniers mots, se remémorant ces nombreux instants qui avaient été les siens pendant bien des des ballades. Se taisant, il repensa soudainement à leur baiser, à la tendresse de ses lèvres sur les siennes, à la douceur de sa joue contre ses doigts, au désir qui avait éclaté en eux, il sentit son souffle s'accélérer et l'envie de mettre Otello au galop pour oublier cette souffrance intérieure que de l'avoir si près et de ne pourtant pouvoir ne serait-ce que la toucher le tenta fortement. Il se força à se calmer, à reprendre le contrôle de lui-même et à écouter Léanore. Son poing s'était serré si fort que ses phalanges blanchissaient à vue d’œil mais il ne semblait ne pas l'avoir remarqué. Se détournant du lointain, il la regarda, essayant vainement de gommer toute trace de son trouble et se concentra, essayant de l'écouter. Son poing se serrait toujours un peu plus fort, ses articulations blanches mais aucune douleur ne l'atteignait en cet instant où tout son attention était à se calmer et à écouter sa Dame.


Dernière édition par Aslas le Sam 19 Oct - 20:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leanore

avatar

Nombre de messages : 317
Date d'inscription : 19/01/2012

MessageSujet: Re: manège extérieur   Sam 7 Sep - 18:15

Elle sourit....... Les étangs étaient certes un endroit reposant également. Mais cette présence aquatique l'oppressait un peu. C'était comme une inconnue pour elle. Lorsqu'on y mettait le pied ou la jambe, le membre disparaissait et l'on pouvait sentir le froid nous envahir. Une vie invisible devait grouiller là-dedans, une vie inconnue, mystérieuse et donc dans son esprit inquiétante.

La forêt était son domaine. Moins à présent mais elle aimait s'y promener et ramasser toute sortes de plantes, d'écorces. Il ne manquait pas une fois où elle abandonnait chausses pour monter dans les cimes et cueillir le gui ou une plante inaccessible. Elle pouvait rester quelques instants, perchée sur une branche à observer et admirer le plus loin que pouvait porter son regard.

D'accord...... et ma foi nous verrons bien si je connais cette fameuse clairière. Après tout je n'ai pas encore tout exploré ici.


Elle sourit de plus en plus détendue : était-ce la forêt, son aisance qui venait petit à petit, sa confiance en Fleur ou la présence d'Aslas près d'elle ? Son regard se portait tantôt vers la chemin à prendre, tantôt vers lui et elle put constater qu'une certaine métamorphose s'opérait en lui au fur et à mesure qu'il s'enfonçait dans cette maison forestière. Son regard devenait plus serein, sa tenue moins rigide allant jusqu'à une décontraction qu'elle ne lui connaissait pas encore. Elle ne se doutait pas encore que cette promenade le révélerait un peu plus. Peut être le désirait il pour l'emmener ainsi hors de l'enceinte du château.

Il lui parla de l'ivresse d'une chevauchée en forêt, elle sourit, les lèvres et les yeux humides d'impatience de découvrir cette sensation. elle n'osa exprimer son envie d'aller plus vite préférant attendre le jugement du professeur. Elle rit légèrement à la pensée qui venait de lui traverser l'esprit.

Ce que vous décrivez Aslas, pour l'instant je n'ai pu l'expérimenter qu'à pied lorsqu'un jour voulant échapper à une pluie soudaine, je suis descendue rapidement de l'arbre où j'étais perchée et j'ai couru rapidement vers la maison de mon père. Malheureusement j'avais enlevé mes chausses et donc les ai oubliées au pied de l'arbre. Je les ai retrouvées le lendemain en charpies...... et déjà quelques oiseaux commençaient à venir prélever les brins de laine pour tapisser leur nid. Mon père qui était homme bon ne m'a pas battue mais j'ai du filer pendant quelques jours. Ma consolation a été de me dire que bientôt des oisillons verraient le jour dans un nid bien douillet.

Elle se tut de nouveau pour se replonger dans quelques souvenirs. Elle repensa à leur rencontre. C'était dans la forêt orléanaise aussi. Elle l'avait découvert serein, tranquille, comme maintenant. A une petite différence près. Cette différence elle la découvrit en faisant glisser son regard de son profil jusqu'à la main qui s'était posée sur sa joue. Celles-ci étaient à présent crispées sur les rênes. A quoi pensait-il à cet instant ? Les frondaisons lui faisaient elles penser à un mauvais souvenir. Elle n'osa l'interroger et rapidement, pour ne pas être prise en flagrant délit d'observation intempestive, elle tourna la tête vers l'avant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslas

avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 27/04/2013

MessageSujet: Re: manège extérieur   Sam 7 Sep - 21:06

Loin des chastes pensées rupestres, celles d'Aslas étaient une tornade qui mélangeait tout : désir, attente, envie, impuissance, joie, élan de liberté et les rendaient aussi inextricables qu'un fil perdu au milieu du pelote de laine délaissée par un chaton joueur. Il regarda droit devant lui, prit une profonde inspiration, se calmant doucement et écouta Léanore d'une oreille. Était-ce pour le distraire? Il ne savait mais en tout cas, ça marcha. Sa respiration redevint régulière, son visage se décrispa et un sourire amusé affleura à ses lèvres.

Si tous les oisillons des forêts pouvaient avoir nid aussi doux et chaud, nous serions envahi pour des oiseaux chanteurs. Mais rester assis à observer la nature, jusqu'à oublier tout ce qu'il y a autour est très agréable à mon sens. On se sent différent quand on revient à la réalité, comme si on avait fait une découverte qui changeait un petit peu la vie.

Il eut un rire bref et la regarda, détendu à nouveau. Desserrant son poing, il fut surpris de sentir la douleur de l'afflux de sang et les bougea discrètement, essayant de reprendre possession de sa main. Soudain, alors qu'ils étaient tranquilles, un écureuil surgit des fourrés juste devant les sabots d'Otello. Prenant peur, l'étalon fit un écart conséquent et se leva un peu, sans se cabrer tout-à-fait, plusieurs fois de suite. Bien que surpris, Aslas raffermit sa prise sur les rênes, rappela Otello à l'ordre et le maîtrisa sans problèmes. Le petit animal avait détalé, terrifié, mais Otello était toujours nerveux et faisait des pas de côté, piaffant. Ses mains basses, ses talons descendus, Aslas avait toujours une bonne position, au fond de sa selle. Il n'avait pas bougé durant les événements, restant calme et maître de son cheval. Il relâcha un peu, Otello fit un bond en avant et le brun l'arrêta, murmurant "Calme.... Calme, mon grand,calme-toi... Voilà, tu n'as rien à craindre..." Le grand étalon, lentement, cessa de piaffer et redevint comme tout-à-'heure, serein. Aslas le flatta à l'encolure et regarda du côté de Léanore. Voyant que l'incident n'avait pas fait broncher Fleur, il sourit.

Je suis heureux que vous n'ayez rien, Léanore. Pardonnez à mon cheval, il est plus nerveux que Fleur... Mais il est de nouveau tranquille nous pouvons repartir. Il a été surpris et a instinctivement eu peur.

Il haussa les épaules et rit.

Bon, allons au trot! A côté de moi, tranquillement, vous allez voir que le trot enlevé, c'est plus agréable que le trot assis où on rebondit comme des sacs tout le temps. Donc, vous vous levez un temps sur deux et je vous dirai s'il y a quoi que ce soit.

Aslas mit son cheval au trot d'une pression de mollet, le tenant fermement pour ne pas qu'il accélère et regarda Léanore en même temps que devant lui. Il souriait constamment, trop heureux de chevaucher dans la forêt.

C'est ça, calez-vous bien dans ce rythme, je m'assois, je me lève, je m'assois, je me lève... Et talons en bas. Bon, on accélère : grand trot, prenons un peu de vitesse! Ne paniquez pas, vous vous débrouillez très bien, continuez comme ça.

Aslas la regarda et sourit.

N'est-ce pas très agréable?


Dernière édition par Aslas le Sam 19 Oct - 20:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leanore

avatar

Nombre de messages : 317
Date d'inscription : 19/01/2012

MessageSujet: Re: manège extérieur   Mar 10 Sep - 20:55

La forêt à présent les entourait complétement, leur offrant un écrin de verdure.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: manège extérieur   

Revenir en haut Aller en bas
 
manège extérieur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Objets chinois d'extérieur
» RESOLUE [Sims 3] Vêtements d'hiver extérieur
» Quel produit/liquide pour nettoyer l'extérieur des consoles ?
» Plantes, buissons, arbres, fleurs etc extérieur
» Atelier Construction Extérieur [Sims 3] Groupe débutants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maisons des Chéroy :: Seigneurie de Sennely :: Hall d'entrée et jardins-
Sauter vers: