Maisons des Chéroy


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 le petit bois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
leanore

avatar

Nombre de messages : 317
Date d'inscription : 19/01/2012

MessageSujet: le petit bois   Ven 9 Nov - 12:40

Ici sera le petit bois où Léanore pourra s'y promener et trouver ses plantes


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leanore

avatar

Nombre de messages : 317
Date d'inscription : 19/01/2012

MessageSujet: Re: le petit bois   Mar 10 Sep - 21:55

Retrouvant ce qui étaient ses premières amours, Léanore se sentait redevenue petite fille et jeune adolescente. Elle ne se doutait pas un instant de la tempête intérieure et contre laquelle Aslas tentait de se débattre. Elle était un peu perdue dans ses pensées, ces souvenirs agréables qui lui faisaient un peu oublier ses petits soucis actuels.

Soudain, elle entendit un piaffement à côté d'elle, le cheval d'Aslas semblant s'agiter anormalement. Fleur s'écarta doucement d'elle-même mais ne s'affola pas plus que cela. Ce fut Léanore qui s'inquiéta un peu mais elle put admirer la maîtrise parfaite qu'avait Aslas. Il tint plus fermement les rênes, se calant plus sûrement, Otello se cabrait plusieurs fois et la jeune femme eut peur qu'il ne désarçonne son cavalier. Mais il n'en fut rien, la main caressa l'encolure, la voix rassura l'animal, le calme revint. Elle eut le temps de regarder avec tendresse les doigts qui il y a quelques jours encore étaient venus caresser sa propre joue. Sa voix trembla un peu lorsqu'elle répondit :  un reste d'inquiétude et de frissonnement à la pensée de la caresse.

Il est tout pardonné en tout cas pardonné de ne pas vous avoir jeté à terre. Je n'aurais vraiment pas su quoi faire. Vous n'avez rien vous non plus et c'est ce qui est important.


Mais déjà il l'entraînait dans un trop enlevé. Il lui redonna encore quelques explications, des conseils, et fit démarrer son étalon. Léanore n'eut pas d'autre choix que de suivre. Elle s'appliqua à suivre le rythme. La chute lui avait donné une bonne leçon, ne pas regarder les membres de l'animal mais plutôt se laisser mener par ce rythme. Son corps se détendit, son visage se détendit. Les commissures des lèvres se relevèrent doucement, de plus en plus et bientôt c'était tout son visage qui était illuminé et qui rayonnait.

L'ivresse s'accentua encore lorsqu'ils partirent au grand trot. Il était là à côté, rassurant, encourageant de la voix et du regard. Elle le regarda, il semblait heureux lui aussi.

N'est-ce pas très agréable?

Elle ne sut que hocher la tête et de sourire encore. L'air lui fouettait le visage et ses joues devenaient de plus en plus rouges.

Oui c'était agréable. Elle sentait la musculature de sa jument rouler sous ses cuisses et ses mollets. Elle faisait attention de ne pas trop tirer sur les rênes pour ne pas blesser la bouche de l'animal.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslas

avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 27/04/2013

MessageSujet: Re: le petit bois   Jeu 3 Oct - 20:25

Aslas rayonnait de sentir Otello plein d'énergie sous lui, les muscles prêts à se contracter. L'étalon semblait aussi impatient que son maître d'accélérer, de sentir le vent se déployer, la nature exploser de sensations, la vitesse les enivrer. Il regarda Léanore et vit qu'elle n'avait aucun mal à tenir le trot enlevé. L'assiette commençait à lui venir, son sourire et ses joues roses témoignaient de son plaisir. Il décida de céder à la tentation dévorante et emmena Otello plus près de Fleur, légèrement en avance.

Nous allons prendre le galop! Il va y avoir une effet de balancement, vous vous calez bien au fond de votre selle, les épaules en arrière. Ne tirez pas sur les rênes de votre jument mais gardez le contact avec la bouche. Et puis... vous la laissez faire! Nous allons aller au petit galop d'abord mais je vous préviens qu'Otello est... très excité de partir au galop donc je vais me placer devant vous pour le départ, d'accord? Fleur va suivre d'elle-même, ne vous inquiétez pas. Passé quelques mètres, je mettrai mon cheval sur le côté et vous viendrez à ma hauteur pour que nous chevauchions ensemble. Prête? Alors allons-y et détendez-vous, vous allez adorer.

Aslas lui fit un grand sourire, sincère et ses yeux étaient d'un bleu pareil aux ciels d'été, confiant, assuré, respirant la joie de vivre. Ses cheveux bruns fous volaient autour de sa tête. Il fit accélérer Otello pour le placer devant Fleur. L'étalon était nerveux, sentant le galop approcher et Aslas sourit en coin, aussi impatient que lui. Reculant sa jambe gauche pour un départ au galop à droite puisque le prochain virage était à droite, il sentit les muscles attaquer et partir vite, très vite. Le départ fut comme un bouchon qui sautait, l'étalon fit un petit saut et Aslas le laissa aller quelques mètres avant de le faire ralentir et de prendre un galop de promenade et se poussa à droite, laissant de la place à Fleur. Se tournant sur sa selle, les rênes dans une main et une main sur le troussequin de sa selle, il regarda Léanore, comment cela se passait-il pour elle? Pas de problème? Aimait-elle cette sensation de vitesse et de liberté?


Dernière édition par Aslas le Sam 19 Oct - 19:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leanore

avatar

Nombre de messages : 317
Date d'inscription : 19/01/2012

MessageSujet: Re: le petit bois   Mer 9 Oct - 22:29

Elle trottait, de plus en plus à l'aise et se détendit totalement. Aslas la regardait, le regard du professeur sur son élève et il semblait content de ce qu'il voyait. Elle commença à avoir son petit rythme de croisière quand déjà Aslas décida de passer à la vitesse supérieure. Il lui énonça quelques consignes simples et à l'entendre cela serait simple. Elle n'était pas vraiment sûre de ses capacités à rester en selle et s'apprêtait à serrer les jambes au maximum et à attraper la crinière en cas de besoin.

Othello eut un léger sursaut d'arrêt avant de repartir de plus belle au galop et le cavalier ne le retint pas, aussi impatient que la monture. La jeune femme fit comme un éclair noir jaillir, la chevelure de son instructeur voletant autour de son visage plus que radieux. La jument suivit automatiquement, un peu rapidement au début au goût de la jeune femme. Instinctivement elle prit le pommeau de la selle et s'obstinait à garder le mouvement du trot. Elle se rendit très vite compte que cela n'allait pas...... Ben oui Aslas le lui avait dit....... laisser couler les fesses dans la selle. La jument petit à petit regagnait le terrain perdu sur l'étalon et Léanore encore une fois décida de se laisser aller au mouvement souple de la monture. Elle découvrit avec surprise que ce n'était pas aussi difficile qu'elle l'aurait cru et même très agréable. IL n'y avait rien à faire, hormis suivre le mouvement. Bientôt elle fut aux côtés de Aslas et d'Othello et ils prirent un galop plus lent.

Elle tourna la tête vers Aslas, son chignon s'était défait sur le mouvement de départ du galop et elle sentait la tresse battre sur son dos et ses reins au rythme de l'allure.
Elle vit dans les yeux d'Aslas toutes les interrogations : est-ce que ça va ? Pas trop rapide le rythme ? Comment trouvez-vous cette allure ?
Le sourire qu'elle lui tendit était radieux. Sa jument et elle ne faisaient qu'un. Elle plongea son regard dans celui d'Aslas espérant qu'il y trouverait toutes les réponses. Elle voulait aussi l'inviter dans le duo qu'elle formait avec Fleur.

Devant elle la nature défilait, le petit chemin qu'il avait pris serpentait entre les arbres qui seraient bientôt dépourvus de feuillage. Soudain elle aperçut devant elle un tronc qui barrait le chemin. Ben Aslas n'avait pas parlé de cette éventualité. Comment fallait-il s'y prendre ?

Une lueur de panique traversa son regard.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslas

avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 27/04/2013

MessageSujet: Re: le petit bois   Sam 19 Oct - 19:17

Du coin de l’œil, le brun ne la perdait pas de vue, voulant éviter qu'elle fasse une chute sans qu'il ne s'en rende compte. Un peu sceptique, il la vit garder le rythme du trot, ce qui ne marchait évidemment pas du tout puis se laisser aller sur la selle, accompagnant les mouvements du cheval de son bassin. Elle restait cependant assez droite, même si elle était un peu en arrière, pour un premier galop, elle s'en sortait bien. Ses pinces avaient glissé et sa natte se déploya dans son dos jusqu'à ses reins, battant à chaque mouvement de sa monture. Ses yeux brillaient de joie, d'excitation, d'une certaine ivresse aussi. Il savait qu'elle allait aimer cela mais c'est encore plus agréable de voir que ses suppositions soient confirmées avec autant de bonheur de la part de la jeune femme. Une véritable amazone ainsi! Un sourire éclaira le visage d'Aslas et ses yeux cherchèrent les siens, vibrant d'une certaine communion, ils partageaient ce moment, si particulier. Ils étaient seuls. Ils étaient quatre. Deux cavaliers et leurs chevaux, tous heureux tout simplement. Aslas se sentait léger, trouvant un semblant de paix en son âme tourmentée qu'il peinait à recouvrer. Il sentait Othello, vif et prêt à aller plus vite s'il le voulait, plein d'énergie sous lui.

Soudain, il vit Léanore se focaliser sur un point devant eux, pâlir légèrement et ses yeux se teintèrent d'une poussée de panique non dissimulée. Aslas tourna vivement la tête vers le chemin, plus loin devant eux et aperçut un tronc qui était tombé et bloquait complètement le passage. Ses yeux s'écarquillèrent un instant et il réfléchit, très rapidement. Le temps sembla se figer autour de lui tandis que ses méninges tournaient à pleine vitesse. Seul, il aurait largement pu le sauter avec Othello et à une allure inférieure, ils auraient simplement arrêté les chevaux avant de faire quoi que ce soit. Mais ils étaient au galop. Son esprit ne trouva que deux options au problème. Soit ils sautaient par-dessus, le tronc n'était pas non plus très haut, une trentaine de centimètres, voire quarante au maximum et Fleur était largement capable de sauter plus haut, Othello passerait ça comme d'habitude mais si Léanore paniquait et il voyait bien qu'elle commençait à le faire, il risquait d'y avoir un accident... Soit Aslas prenait le contrôle dans les secondes qui suivaient, calmait Othello d'une main, l'amenait près de Fleur et jouait des rênes et de la voix pour arrêter Fleur ou au moins la faire repasser au pas. Mais cela aussi pouvait s'avérer dangereux car s'il n'arrivait pas à l'arrêter à temps... Ou si Léanore tombait... Un jet d'angoisse monta en lui, il jugula ce stress, se calma instantanément, s'obligea à évaluer les options et les risques. Son visage qui s'était figé en un masque de cire en voyant le tronc se détendit quelques secondes plus tard et un sourire en coin étira ses lèvres. Il avait pris sa décision.

Amenant son cheval plus près de Fleur, il posa une main sur celles de Léanore, qui tenait les rênes de la jument. Il la regarda dans les yeux et dit, d'une voix tranquille mais ferme :


Calmez-vous, Léanore. Je sais que vous n'avez jamais sauté mais si je tente d'arrêter les chevaux maintenant, il y a un risque que ce ne soit pas à temps et là, ce pourrait être très dangereux. Nous allons donc sauter. Ce tronc ne fait que trente centimètres, ce n'est rien pour Fleur, elle a déjà sauté plus haut que ça. Respirez un bon coup et écoutez-moi bien.
Quand je vous le dirai, vous allez prendre appui sur vos étriers et vous mettre en équilibre. Vos épaules vont se mettre un peu plus en avant mais faites attention à ce qu'elles ne le soient pas trop pour garder de l'équilibre. Ensuite, quand la jument sautera, vous avancerez vos mains pour lui laisser du mou pour faire ce mouvement. Et à la réception, vous vous redressez en vous rasseyant dans votre selle. Est-ce que vous avez tout compris? En équilibre avec les étriers, épaules un peu en avant, mains devant au moment du saut, se redresser et se rasseoir après le saut. Ramener ses mains à leur position habituelle. Je serai juste à côté de vous, d'accord?


Aslas lui offrit un petit sourire rassurant, acquiesçant et ses yeux confiants semblèrent vouloir lui donner autant de courage et de confiance en elle qu'ils pouvaient. Sa main se serra doucement autour des siennes, lui donnant un peu de chaleur puis il la lâcha. Se redressant sur sa monture, il regarda droit devant lui, voyant le tronc arriver. Il plaça son cheval bien en face puis la regarda.

Pas de panique! Placez Fleur bien en face et ne regardez pas l'obstacle, regardez loin devant vous. Faites ce que je vous dis et tout se passera bien. On accélère un tout petit peu pour que les chevaux aient de l'impulsion et que vous sentiez moins le saut.

Il fit accélérer légèrement son cheval, Fleur suivant le rythme d'Othello puis hocha la tête vers Léanore, pour lui montrer qu'elle se débrouillait très bien, qu'il fallait qu'elle continue comme ça. Il voyait très tendue, les épaules rigides et son dos figé, il espérait que tout irait bien. Le tronc arriva, il attendit le bon moment "Préparez-vous..." puis dit fort, sûr qu'elle l'entende bien : "En équilibre! Maintenant et jusqu'à la fin du saut!". Il la regarda un bref instant, la voyant se lever un peu. Obligé de regarder devant lui, il se mit en équilibre, sauta tranquillement tandis qu'Othello flottait au-dessus du petit obstacle. Il sourit, retrouvant le sentiment de voler, unique instant que seuls les cavaliers peuvent connaître. Quand celui-ci atterrit sur la terre ferme, il se redressa immédiatement, le calmant afin qu'il n'accélère pas et regarda comment s'en était sorti Léanore. Qu'allait-il voir? Une lueur d'inquiétude et d'angoisse traversa ses prunelles aussi bleues et profondes qu'un ciel d'été. Plus aucune glace, Léanore et la forêt l'avaient réchauffé de leur douce lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leanore

avatar

Nombre de messages : 317
Date d'inscription : 19/01/2012

MessageSujet: Re: le petit bois   Jeu 24 Oct - 19:08

Pas de panique, pas de panique, se répétait Léanore dans sa tête....... Rapidement Aslas lui donna quelques indications qu'elle trouva très logiques au vu des leçons qu'elle avait déjà eu et de ses expériences.

Se mettre sur ses étriers, ça elle savait. Se mettre un peu en avant, logique. Se rassoir une fois le passage fait, ça on verra bien si on va jusqu'à cette étape.
Elle fit un petit oui de la tête autant pour se rassurer elle-même que pour rassure Aslas. Que craignait-il ? Qu'elle tombe, qu'elle panique, qu'elle n'aime pas cette expérience et décide d'arrêter l'équitation ? Alors elle dit oui. Au fond d'elle, elle aimait cette sensation et cette montée d'adrénaline qui rend un peu euphorique. Ce qu'elle craignait c'était surtout de ne pas savoir doser la tension des rênes et faire mal à la bouche de Fleur et la freiner dans son élan.
La main d'Aslas vint se poser sur la sienne, transmettant la chaleur et la confiance. SEs yeux tentèrent de croiser son regard puis la quittèrent un instant pour se concentrer sur son propre saut.

La jeune femme ouvrit donc grand les oreilles, attentive aux conseils et écoutant un peu son instinct. Au signal donc elle se redressa sur ses étriers, son buste basculant un peu en avant, ses mains près du pommeau prête à agripper la crinière et elle laissa l'animal faire son saut.

Pendant un moment c'était somme si elle se trouvait sur Pégase le cheval volant. Au moment de franchir le tronc, aucun des membres de Fleur ne fut en contact avec le sol et le silence se fit autour d'elle. L'atterrissage des membres supérieurs puis inférieurs se firent à quelques secondes d'intervalle, Fleur avait repris son petit galop et Léanore encore debout sur les étriers se rendit compte qu'elle avait franchi l'obstacle avec succès. Alors seulement maintenant elle songea à se rassoir dans la selle, et se retourna pour voir son exploit.

Un grand sourire illumina son visage, et un cri de joie sortit de sa bouche

You-ouuuuuuuu Aslas ! J'ai réussi !!!! J'ai franchi le tronc !!!!!

Son exaltation était immense. Ce n'était plus Léanore, la dame de Sennely qui devait bien se tenir qui était là, mais bien une jeune femme pleine d'insouciance et qui faisait de nouvelles découvertes.

Elle tira un peu sur les rênes de Fleur pour l'arrêter. Elle voulait flatter l'encolure de la jument, elle voulait mettre pied à terre, sauter dans tous les sens, se rendre compte de la hauteur de la branche......

La jument ralentit son allure puis stoppa. Léanore passa la jambe par-dessus la selle et descendit. Son visage était encore plus rouge, ses yeux encore plus brillants, son coeur battait encore plus fort.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslas

avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 27/04/2013

MessageSujet: Re: le petit bois   Sam 30 Nov - 22:49

Le brun tournait la tête vers sa Dame, impatient et en même temps inquiet de savoir ses réactions, ce qui c'était passé, si elle allait bien et si elle aimait cela.... Le cri qui jaillit de la gorge de la jeune femme le surprit et le déstabilisa un instant. Puis il la vit, silhouette sur sa monture, sa natte battant furieusement dans son dos, les yeux agrandis par l'adrénaline et le plaisir, ses lèvres qui esquissaient un grand sourire et et ses prunelles brillantes de plaisir et de joie pure. La tableau d'amazone qu'elle lui offrit le cloua sur sa selle une seconde, seconde qui lui parut durer une éternité, une seule envie : étreindre ce corps enflammé contre le sien et le garder à jamais. Soudain, elle fit arrêter la jument, sauta à terre d'excitation, ses mouvements rendus fébriles. Aslas ramena Othello au pas et lui fit faire demi-tour, revenant vers elle. Elle était revenue jusqu'au tronc, regardait ce qu'elle avait réussi à passer et semblait avoir envie de rire, courir, sauter, tout cela en même temps. Il n'avait plus la noble Dame de Sennely en face de lui mais une jeune femme qui venait de découvrir l'exaltation intense que procure le saut d'obstacles, qui sentait son cœur battre comme jamais dans ses veines et qui voulait vivre l'instant présent, sans réfléchir, sans raison, juste vivre. Il sourit en coin, se rappelant lui aussi sa première fois, tout ses sentiments qu'ils connaissait si bien et qu'il demandait et redemandait encore chaque fois qu'il le pouvait. Ils étaient si semblables et en même temps si différents... Elle riait tout haut et ce rire argentin lui rappela les souvenirs qu'ils avaient échangés en entrant das la forêt, elle était telle qu'elle s'était décrite enfant mais aujourd'hui, c'était une femme, totalement inconsciente de sa beauté. Aslas sourit et fit avancer Othello, tout à son bonheur, elle ne le remarqua pas et soudain, sans arrêter son cheval, il se pencha et passa son bras à sa taille, l'emportant contre lui un instant. Il sentait des mèches folles le chatouiller et leur odeur florale l'envahit. Son corps si près du sien le ravissait et il pencha légèrement la tête dans ses cheveux, savourant les senteurs. Près du tronc, il fit tourner Othello et la déposa délicatement sur le large tronc, s'arrêtant juste devant elle. Son bras quitta à regret sa taille et il se redressa, espérant que ça passerait inaperçu. Il sourit en coin, malicieux et rit de la surprise de Léanore.

Comme ça, vous vous rendrez compte de ce que vous avez sauté. Et encore, vous étiez plus haut tout-à-l'heure puisque vous montiez Fleur. Alors, qu'est-ce que vous en dites?

Le brun lui sourit franchement, fier de son élève et de sa performance. Elle avait parcouru du chemin, elle était parvenu à sauter, il en était véritablement heureux. Un bruit un peu différent de ceux de la forêt retentit au-dessus de lui, comme si quelque chose rebondissait... Regardant au-dessus de lui, Aslas plissa les yeux, dépassant la barrière de feuilles et de branches. Une grimace déforma sa bouche et au même moment, on entendit, bien plus fort cette fois, un grondement d'orage. Il sentit Othello s'agiter un peu sous lui et il regarda Léanore.

L'orage arrive rapidement Léanore et je crains qu'il ne soit fort. Il ne faut pas rester sous les arbres, c'est dangereux avec la foudre. Nous sommes trop loin du manoir cependant. Il n'y a rien ici... Quand j'étais venu la dernière fois, j'avais remarqué une maison apparemment abandonnée en coupant à travers bois. Allons-y! Le temps d'y arriver, l'orage aura déjà éclaté je pense. Restez sur le tronc, ce sera plus facile pour monter.

Se tournant sur sa selle, il siffla Fleur qui arriva près d'eux. Aslas se poussa et plaça la jument devant Léanore qui monta rapidement dessus. Pendant ce temps-là, il fouilla dans ses sacoches et sortit les deux capes, très content d'y avoir pensé. Il en donna une à Léanore et mit la seconde. Cherchant son regard, il sourit, encourageant.

Ne vous inquiétez pas, nous serons rapidement à l'abri. Suivez-moi bien et près de moi, si quelque chose ne va pas, vous criez, d'accord? C'est par là, faites attention aux arbres parce que nous coupons dans la forêt. Nous slalomons au trot entre les arbres et dès qu'il y a une trouée, au galop.

Il poussa Othello dans la direction qu'il venait d'indiquer, passant entre les arbres, gardant ses repères tandis que les grondements s'accentuaient de plus en plus autour d'eux. Un petit moment plus tard, l'orée de la forêt se dessina, il se retourna sur sa selle, vérifia que Léanore était bien derrière lui et que tout allait bien de son côté. Il hocha la tête et cria, pour couvrir les bruits de la tempête :

Allez, au galop! La maison n'est pas loin!

Mettant sa monture au galop, il calma l'étalon qui s'agitait et était rendu nerveux par l'orage. Ils sortirent enfin de la forêt et Aslas leur fit prendre sans hésiter un chemin qui serpentait au milieu de buissons. La pluie commença à tomber, des trombes d'eau qui se déversaient du ciel en furie. Et c'est à ce moment-là qu'apparut la maison. Abandonnée, elle gardait son allure simple et entretenue d'autre fois même s'il était clair qu'elle n'était plus habitée. Sa charpente de bois apparaissait aux endroits où la chaume s'était détériorée et les murs se fissuraient lentement mais elle ferait un parfait abri pour cavaliers et chevaux. Il voyait un espèce d'appentis sur le côté, adossé à la maison qui avait du servir d'écurie. Il sauta à terre, aidant Léanore à faire de même et hurla pour se faire entendre, en désignant la porte :

Allez vous abriter dans la maison, il n'y a personne ici! Je reviens, je vais placer les chevaux! Allez-y!

L'incitant à bouger, il vérifia qu'elle entrait bien et emmena les chevaux dans le fameux appentis. Pas de risque d'écroulement à première vue, il testa un peu les murs, pas de problème. C'était en fait une ancienne écurie et il y avait encore un peu de paille dans un coin, pas trop humide en plus. Il enleva les selles et les brides. De toute façon, les chevaux lui obéissaient alors pourquoi leur laisser leur mors qui les blesserait s'ils le gardaient toute la nuit? Il détacha les rênes de chaque filet et fit une espèce de longe qu'il attacha à un anneau dans le mur. Il alla prendre la paille dans le coin et l'emmena près des chevaux, en mettant un peu partout à côté d'eux. Faisant d'une poignée de paille un bouchon de fortune, il frotta énergiquement les parties où les chevaux étaient trempés, pour les sécher un peu et éviter qu'ils n'attrapent froid. Hochant la tête, il se prépara à ressortir dans la pluie torrentielle pour rejoindre Léanore dans le corps principal avec une seule pensée : allait-elle bien?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le petit bois   

Revenir en haut Aller en bas
 
le petit bois
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit décor pour faire plaisir à Marius
» Le test de robin des bois !!!!
» MONTAGE DE MEUBLE EN BOIS
» Bricolage et fimotage pour mes dolls- meubles bois 1:12 p.3
» Petit tutoriel sur les fabrication de mur en pierre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maisons des Chéroy :: Seigneurie de Sennely :: Hall d'entrée et jardins-
Sauter vers: